Hommage silencieux des Marocains du Danemark à la mémoire des victimes d’Imlil

Des dizaines de Marocains établis au Danemark se sont réunis, dimanche soir à Copenhague, pour un hommage silencieux à la mémoire des victimes du drame d’Imlil (province d’Al Haouz), ayant coûté la vie la semaine dernière à deux randonneuses scandinaves.




Ce rassemblement, initié par des acteurs du tissu associatif, a été placé sous le signe du silence pour commémorer le meurtre des deux victimes et témoigner par la même les marques de sympathie et de réconfort à leurs familles éplorées en cette période de fête.

Femmes, hommes, jeunes et moins jeunes, toutes générations confondues, ont bravé le froid glacial d’une soirée inhabituellement enneigée pour affluer en masse à la place mythique Rådhuspladsen en plein cœur de la capitale danoise, le temps d’exprimer leurs condoléances et leur solidarité avec les familles.

Sobres dans la douleur, mais confiants et sereins, les participants, dont nombre de citoyens danois, ont déposé des gerbes de fleurs et allumé des bougies au pied d’une stèle ornée des deux drapeaux marocain et danois, signe de leur attachement aux valeurs de tolérance et de vivre-ensemble unissant les deux peuples.

Visages fermés, ils ont également brandi des pancartes portant les effigies des deux randonneuses Louisa Vesterager Jespersen, 24 ans, du Danemark, et Maren Ueland, 28 ans, de Norvège, retrouvées mortes lundi dernier près du village d’Imlil, sur la route du mont Toubkal.

Approchés par la MAP, les participants à cet émouvant rassemblement ont été unanimes à exprimer leur compassion avec les familles éplorées, réitérant leur ferme condamnation de cet acte terroriste inqualifiable.

Aussi ont-ils assuré que cet acte abominable, commis par des débiles et des ignares qui n’ont rien avoir avec l’Islam et ses nobles préceptes, constitue un crime contre la paix, la quiétude, la tolérance, la coexistence, l’entente et le dialogue liant les deux peuples marocain et scandinave.

Réitérant leurs condoléances attristées aux familles des victimes, ils ont fait part de leur rejet absolu de toutes les idées destructrices qui sèment le terrorisme et la violence d’où qu’elles émanent, et leur refus catégorique de toutes les velléités visant à propager la haine et les rancunes entre les peuples et les hommes.

Au bout d’une heure, ponctuée de recueillement, d’émoi, et de silences éloquents, ce rassemblement a levé le camp, avec à la clé une inébranlable conviction: Rien n’entame la confiance, le terrorisme ne vaincra point !