Compte-rendu positif de la rapporteuse de l’ONU sur le racisme

La rapporteuse spéciale de l’ONU sur le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée, Mme E. Tendayi Achiume, a salué, vendredi, le leadership international du Maroc en matière de migration, ainsi que les efforts du Royaume pour combattre toutes les formes de discrimination.




S’agissant des migrants et des réfugiés, Mme Achiume s’est réjouie, au terme de sa visite dans le Royaume, de l’approche fondée sur les droits de l’Homme que le Maroc a largement mise en œuvre, souligne un communiqué de l’ONU.

« Par exemple, la Constitution marocaine prévoit que les étrangers se trouvant sous la juridiction marocaine puissent jouir des mêmes libertés fondamentales que les citoyens marocains », a déclaré l’experte indépendante, citée par le communiqué.

Elle s’est également félicitée de « la décision récente de rejeter les tentatives de l’Union Européenne visant à implanter dans le pays des centres de traitement des demandes d’asile ou de débarquement régional, ainsi que du refus par le Maroc de retenir les migrants dans des centres de rétention pour migrants ».

L’experte onusienne a exhorté, dans ce sens, le Maroc «à rester ferme sur sa politique migratoire ancrée dans le respect des droits de l’Homme et à rejeter les tentatives de plus en plus nombreuses de l’Europe pour contenir au niveau régional les Africains sur le continent Africain ».

Mme Achium a félicité, de même, le Maroc pour « les mesures remarquables qu’il a prises afin que les Juifs marocains puissent jouir de leurs pleins droits, notamment la liberté de croyance et d’association ainsi que d’autres droits humains ».

Elle a souligné, à ce propos, que « le Maroc dispose de dispositions constitutionnelles solides qui interdisent et combattent toutes les formes de discrimination, promeuvent l’égalité devant la loi, protègent l’égalité des sexes et garantissent les droits des non-ressortissants ».

L’experte onusienne s’est, en outre, félicitée de la reconnaissance constitutionnelle de la langue amazighe comme une langue officielle.




>> À lire aussi: