EasyJet : Panique totale à bord d’un vol Marrakech-Nice

C’est un vol dont les passagers de ce Marrakech-Nice se souviendront. Un Airbus EasyJet en provenance de Marrakech, qui devait se poser dimanche à Nice, a remis brutalement les gaz en raison du vent violent rapporte Nice Matin. Les passagers ont cru leur dernière heure arrivée. L’avion a du dérouté sur Turin.




L’avion, l’A320 EZY1690 de la compagnie EasyJet, a décollé, dimanche matin, de Marrakech avec du retard: peu après 11 heures, pour atterrir normalement à Nice, à 13h45. Sauf que le vent violent qui a balayé la Côte d’Azur toute la journée de dimanche, en a décidé autrement.

« Vers Antibes, l’avion a commencé à tanguer. Plus il descendait, plus il bougeait. Je n’osais pas regarder par le hublot. A un moment, l’avion a penché sur le côté, piqué du nez avant que le pilote ne remette les gaz… » raconte Anne-Claire, une passagère accompagnée de trois amies.

Dans l’avion, c’est la panique totale. On crie, on pleure, on vomit… L’horreur.

« On a repris de l’altitude, l’avion a tenté de nouveau une manœuvre d’approche. Le commandant nous a indiqué que l’atterrissage était trop dangereux et qu’on partait sur Turin » poursuit la jeune femme.

Un information qui a été confirmée par Eric Millet, directeur de permanence de l’aéroport Nice-Côte d’Azur: « Le vol a été dérouté pour cause de vents cisaillants. »

A 14h16, l’avion se pose sur le tarmac de l’aéroport de Turin. Sous les ovations des passagers. « La chef de cabine nous a même dit : “applaudissez plus fort, car nous aussi on a eu peur…” continue Anne-Claire.

Mais les choses ne s’arrangent pas en Italie. La sortie est rendue difficile pour les passagers car ils proviennent d’une zone non comprise dans l’espace Schengen. Il faut parlementer, négocier…




« Le pilote nous a dit qu’il cherchait une solution. Les gens étaient encore en panique. Finalement, au bout d’une heure, on quitte l’avion. Tous. Là, le personnel navigant nous laisse le choix: rentrer sur Nice à bord du même vol ou différemment, mais par nos propres moyens. Personne n’avait envie de revivre cette aventure épouvantable. On a récupéré nos bagages, on nous a signalé que des bus devaient nous prendre en charge à 17 heures et ensuite, plus aucun contact ni avec le personnel de l’avion ni avec EasyJet! »

Des passagers essaient de joindre la compagnie. Rien. Dans l’aéroport de Turin, aucun comptoir EasyJet. « Une impression d’abandon total et une immense colère… »

Nous avons nous-même tenté de joindre un responsable d’EasyJet, sans succès.

A l’aéroport Nice-Côte d’Azur, on ne sait pas ce qui s’est passé entre les voyageurs et la compagnie britannique. Sauf que « les passagers devaient être transférés sur Nice par voie terrestre et que l’avion devait revenir à Nice, à vide, dans la soirée », indique le directeur d’astreinte.

Finalement, vers 18 heures, trois bus se pointent à l’aéroport de Turin pour embarquer les passagers.

« Probablement des bus affrétés par l’aéroport turinois », estime notre témoin. Qui rajoute: « On a géré nous-mêmes les personnes handicapées et plus aucune nouvelle de l’équipage. »

A 18h53, soit près de 5 heures après l’atterrissage mouvementé, les trois bus démarrent enfin, emportant avec eux des adultes et des enfants épuisés. Ces derniers ont pu quitter l’aéroport de Turin, vers 19 heures.




>> À lire aussi: