La Marocaine accusée d’avoir tué son amant et cuisiné son corps affirme s’être défendue

Devant le tribunal pénal de première instance, la Marocaine accusée d’avoir tué, découpé et cuisiné son amant, a donné sa version des faits.




Âgée de 37 ans, la femme affirme avoir tué son amant, âgé 29 ans et également Marocain, après une violente dispute au sujet d’un voyage à Jebel Hafeet, une montagne se trouvant à la frontière entre les Émirats et l’Oman, rapporte le journal émirati Emarat Alyoum.

Cette dernière aurait refusé de l’accompagner car elle était en plein déménagement et voulait que son amant l’aide. Le ton monte, l’homme en serait venu aux mains, « giflant la femme et la traînant par les cheveux ». Elle se serait alors saisie d’un couteau et l’aurait poignardé.

À la vue du sang, l’accusée affirme avoir « paniqué et ne pas avoir su quoi faire du corps », avant de décider de le couper et de le cuisiner « pour séparer la chair des os ».

Alertée par des amis de la victime, la police a procédé à une perquisition de l’appartement, situé à Al-Ain, ville située à l’Est de l’émirat d’Abou Dabi à la frontière du sultanat d’Oman, et a trouvé des parties de corps humains. La femme a tout avoué.

L’accusée réside depuis 10 ans aux Emirats où elle exerce le métier de couturière. Mariée, son époux et ses enfants résident pour leur part au Maroc, a précisé son avocat, Khalid bin Jumhoor Al Ahbabi, cité par Emarat Alyoum. Son jugement est attendu pour le 31 décembre prochain.




>> À lire aussi: