Casablanca : Une mafia libyenne impliquée dans le blanchiment d’argent à Derb Omar

Une enquête est actuellement en cours au Maroc, concernant l’existence d’une mafia libyenne spécialisée dans le blanchiment de devises et agissant à l’international.




C’est en mettant en relation des commerçants casablancais du marché de gros de Deb Omar et des sociétés chinoises que des « hommes d’affaire » d’origine libyenne ont réussi, à travers des factures gonflées à engranger des sommes monumentales en devises pour la majorité des transactions en euro et dollar, qu’elle écoule par la suite sur le marché noir marocain ou transfère en Europe.

Le quotidien Assabah rapporte qu’il s’agirait d’une importante bande composée de Libyens résidant régulièrement au Maroc, mais en constante relation avec certains de leurs compatriotes installés en Chine, aux Emirats arabes unis, en Espagne et en Amérique latine.

Des commerçants de Derb Omar, à Casablanca, sont utilisés par certains résidents libyens au Maroc en vue d’importer des biens de Chine. Or, pour ce faire, les commerçants locaux doivent recourir aux services de l’Office de change pour avoir l’autorisation d’être servis en devises nécessaires à l’achat de leurs marchandises d’importation.

C’est là qu’intervient la première manigance des Libyens: la surfacturation, en bonne et due forme, des produits importés de Chine et de la zone franche de Jabal Ali aux Emirats.

Cette opération génère un important surplus de devises octroyées par l’Office marocain de change. Ce surplus est ensuite écoulé sur le marché noir des devises, et les bénéfices énormes engrangés servent à de nouvelles opérations d’importation montées avec les commerçants de Derb Omar en violation des droits d’import-export en vigueur au Maroc. Une partie de ces devises est même acheminée illégalement vers l’Europe, et surtout l’Espagne.

Selon les premiers éléments de l’enquête préliminaire, dans laquelle l’Office de change serait partie prenante, il pourrait s’agir d’une mafia aux ramifications internationales, dont feraient partie des intermédiaires égyptiens résidant aux Emirats. En effet, selon les sources d’Assabah, des comptes bancaires, appartenant aux individus présumés membres de cette mafia et qui résident actuellement au Maroc, auraient été mis à jour dans nombre de banques espagnoles, voire latino-américaines.

Pour le moment, l’enquête des autorités financières marocaines est concentrée sur les activités d’import des commerçants de Derb Omar, mais aussi sur l’identification des présumés trafiquants libyens de devises.




>> À lire aussi: