« Ministre » israélien : « Israël récupérera Gaza et les jours du chef du Hamas sont comptés »

Un ministre israélien a menacé mercredi le chef du mouvement palestinien Hamas dans la bande de Gaza, quelques jours après un cessez-le-feu qui a mis fin à une flambée de violence mais provoqué une crise au sein du « gouvernement » israélienne.




« Les jours de Yahya Sinwar sont comptés », a déclaré le ministre du Logement et de la Construction, Yoav Galant, assurant que le dirigeant du Hamas à Gaza « ne finira pas sa vie dans une maison de retraite ».

Le mouvement palestinien au pouvoir à Gaza doit décider s’il veut « se battre contre Israël et être écrasé ou bien accepter le dialogue et nous dialoguerons », a ajouté Galant, ancien général et député du parti de centre-droit Koulanou, lors d’un colloque organisé à Jérusalem par le quotidien anglophone Jerusalem Post.

Le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, a déclaré au cours du même événement qu’il était temps qu’Israël « passe de la défensive à l’offensive » contre le Hamas à Gaza en « reprenant les assassinats ciblés de chefs de la branche armée » du mouvement.

Israël doit être « disposé à reprendre le contrôle de la bande de Gaza jusqu’au démantèlement des infrastructures du Hamas. Nous n’avons jamais été aussi proches de le faire », a-t-il ajouté.

Un cessez-le-feu la semaine dernière conclu indirectement par Israël avec le Hamas et ses alliés dans la bande de Gaza a mis fin à la pire escalade dans l’enclave palestinienne depuis la guerre de 2014. Il a également poussé Avigdor Lieberman, partisan de la manière forte contre le Hamas, à démissionner de son poste de ministre de la Défense.

Le retrait du parti de Lieberman –Israel Beiteinou– de la coalition gouvernementale a provoqué l’incertitude sur l’avenir du gouvernement de Benjamin Netanyahu qui ne dispose plus que d’une majorité d’une voix sur 120 au Parlement (Knesset).

Avant d’être ministre, Lieberman s’était engagé à tuer le dirigeant du Hamas Ismaïl Haniyeh s’il ne rendait pas à Israël deux civils israéliens présumés otages du Hamas à Gaza ainsi que les dépouilles de deux soldats tués lors de la guerre en 2014.



– Avec AFP –
>> À lire aussi: