Gabon: l’AVC d’Ali Bongo confirmé ?





L’absence d’informations sur l’état de santé du président gabonais Ali Bongo Ondimba, 59 ans, hospitalisé depuis deux semaines à Ryad après « un malaise », selon la présidence à Libreville, alimente l’inquiétude et les rumeurs alarmistes.

Un montage grossier diffusé hier soir sur les réseaux sociaux montrait ainsi des images de l’ambassadeur du Gabon en France annonçant la mort du président Bongo.

Le 28 octobre, quatre jours après son hospitalisation en Arabie saoudite, le porte-parole de la présidence, Ike Ngouoni, affirmait que le chef de l’Etat avait eu « un malaise » dû à une « fatigue sévère » en raison d’une très forte activité ces dernier mois. Depuis, plus rien.

Un silence de dix jours qui inquiète au Gabon. L’hôpital du roi Fayçal à Ryad où avait été admis Ali Bongo le 24 octobre, s’est refusé à tout commentaire. A un journaliste de l’AFP qui s’y est rendu aujourd’hui, il a été répondu que pour toute information concernant le président, il fallait un « ordre royal » ou bien une autorisation de l’ambassade du Gabon.

Une source étrangère proche du président Bongo, qui dit avoir eu des nouvelles ce matin, a affirmé qu’il « a eu un AVC » (accident vasculaire cérébral), cause de son hospitalisation. « Le pronostic vital n’est plus engagé, il n’est plus sous respiration artificielle » et il se trouve toujours à Ryad, selon cette source.




>> À lire aussi: