(Vidéo) Interview des fils Khashoggi: ils réclament le corps de leur père





Les fils du journaliste assassiné Jamal Khashoggi ont demandé aux autorités saoudiennes de restituer le corps de leur père afin que la famille puisse faire son deuil, ont-ils déclaré à CNN dans une interview diffusée dimanche.

Jamal Khashoggi a été tué à l’intérieur du consulat saoudien à Istanbul par une équipe envoyée de Riyad le 2 octobre, un assassinat dont le président turc a déclaré qu’il avait été ordonné par « les plus hauts niveaux » du gouvernement saoudien.

« J’espère vraiment que ce qui s’est passé n’a pas été douloureux pour lui, ou que ça a été rapide. Ou qu’il a eu une mort paisible », a dit Abdullah Khashoggi à la chaîne américaine lors de l’interview à Washington.

 




« Tout ce que nous voulons maintenant, c’est de l’enterrer à Al Baqi à Médine avec le reste de sa famille », a précisé son frère Salah, faisant référence à un cimetière en Arabie Saoudite.

« J’ai parlé de ça avec les autorités saoudiennes et j’espère juste que cela arrivera bientôt. »

Le procureur en chef de Turquie a récemment dit que M. Khashoggi avait été étranglé dès son entrée dans le consulat et a aussi confirmé que son corps avait été démembré.

Yasin Aktay, conseiller du président turc Recep Tayyip Erdogan, a même évoqué dans un article publié vendredi la possibilité que le corps du journaliste ait été dissous dans de l’acide pour le faire disparaître.

Deux « nettoyeurs » se sont rendus d’Arabie saoudite en Turquie pour « effacer » les preuves du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi dans le consulat de son pays à Istanbul le mois dernier.

« Nous pensons que ces deux individus sont venus en Turquie dans le seul but d’effacer les preuves du meurtre de Jamal Khashoggi avant que la police turque ne soit autorisée à fouiller les locaux », a indiqué ce responsable sous couvert d’anonymat.

« Le fait qu’une équipe de nettoyeurs a été dépêchée d’Arabie saoudite neuf jours après le meurtre suggère que de hauts responsables saoudiens étaient au courant de la mise à mort de Khashoggi », a ajouté ce responsable.

Cette même source a confirmé les informations publiées lundi par le journal pro-gouvernemental turc Sabah selon lequel un chimiste et un expert en toxicologie sont arrivées à Istanbul le 11 octobre, soit neuf jours après la disparition de Khashoggi, pour effacer les preuves du meurtre.




Khashoggi a été tué à l’intérieur du consulat saoudien à Istanbul par des agents envoyés de Ryad le 2 octobre, un assassinat dont le président turc a déclaré qu’il avait été ordonné par « les plus hauts niveaux » du gouvernement saoudien. Le parquet d’Istanbul a affirmé la semaine dernière que M. Khashoggi avait été tué dès son entrée dans le consulat et son corps démembré.

Selon Sabah, à partir du 12 octobre, le chimiste et l’expert en toxicologie se sont rendus « régulièrement » au consulat pendant une semaine. Ils ont également entrepris d’effacer toute trace du meurtre dans la résidence du consul, proche du consulat. Les deux hommes, venus, selon Sabah, avec une « prétendue équipe d’investigation » composée au total de 11 personnes, ont quitté la Turquie le 20 octobre.

Selon Sabah, les enquêteurs turcs n’ont eu accès au consulat et à la résidence qu’après que le chimiste et l’expert en toxicologie se furent « débarrassés » du corps et eurent entrepris d’effacer toute trace.

Le consulat a été fouillé une première fois dans la nuit du 15 au 16 octobre, et la résidence le 17. Malgré les efforts déployés par les enquêteurs turcs, le corps de Jamal Khashoggi n’a toujours pas été retrouvé. Un conseiller du président Recep Tayyip Erdogan, Yasin Aktay, a évoqué vendredi la possibilité que le corps du journaliste ait été dissous dans de l’acide.




>> À lire aussi: