M. Amzazi : Maryam Amjoun devient « une source de fierté pour le Maroc et l’école marocaine »

La jeune prodige Meryem Amjoun est « une source de fierté pour le Maroc et pour l’école marocaine », a estimé vendredi le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Saaïd Amzazi.




La consécration d’Amjoun au concours international du « Défi de la lecture arabe » permettra aux Marocains de « reprendre confiance dans le système éducatif », a déclaré le ministre lors d’une cérémonie en l’honneur de cette élève de 9 ans, arrivée dans la journée au Maroc en provenance d’Abou Dhabi.

Initié depuis 2016 sous la présidence effective du vice-président des Emirats Arabes Unis, Cheikh Mohamed Ben Rachid Al Maktoum, le concours a pour objectif d’ancrer le plaisir de la lecture chez les enfants tout en renforçant leurs capacités d’interaction et d’ouverture sur les autres cultures.

M. Amzazi a en outre espéré que les prochaines éditions du concours de lecture verront la participation d’autres jeunes Marocains qui puissent, à leur tour, représenter dignement et honorablement le Royaume.

Meryem Amjoun s’est de son côté déclarée « très heureuse de remporter le prestigieux concours de lecture arabe, affirmant que le mérite est à mettre essentiellement à l’actif de sa famille, plus particulièrement ses parents qui exercent dans le secteur de l’enseignement.

Originaire de Taounate, cette élève a nettement émergé du lot lors de la compétition qui comptait 250 participants, venus de plusieurs pays arabes. Elle a en effet remporté 119.800 euros (soit l’équivalent de 1.300.000 dirhams) en s’imposant face à 16 finalistes qui étaient tous plus âgés qu’elle. Le concours consistait à lire au moins 50 livres et écrire leurs résumés.

L’Arab Reading Challenge récompense également les meilleurs instituteur et superviseur du monde arabe. Le montant global des prix attribués s’élève à 11 millions de dirhams émiratis, soit environ 30 millions de dirhams.




>> À lire aussi: