Education, Santé, Emploi… El Othmani répond aux revendications des citoyens

Le gouvernement est déterminé à honorer ses engagements vis-à-vis des citoyens, a affirmé jeudi le Chef du gouvernement Saâd Dine El Otmani, notant que le règlement des dossiers majeurs, particulièrement ceux sociaux, nécessite un travail participatif.




Le gouvernement est soucieux de résoudre les problématiques à caractère social selon une approche pragmatique et objective qui prend en considération les revendications des citoyens et leurs besoins fondamentaux, a indiqué M. El Otmani dans un entretien spécial accordé à plusieurs organes de la presse nationale, relevant que « travailler main dans la main » est essentiel pour atteindre cet objectif.

Évoquant le dialogue social, M. El Otmani a relevé que le gouvernement lui accorde une grande importance et le soutient, étant donné qu’il représente une responsabilité partagée entre les centrales syndicales et le gouvernement, affirmant que l’Exécutif est soucieux de faire réussir ce dialogue.

Une réunion avec les syndicats est prévue vendredi en vue de parvenir à un accord incluant une nouvelle offre sur les salaires et l’augmentation des allocations familiales, a-t-il indiqué, expliquant que dans sa gestion de la chose sociale, le gouvernement cherche à impliquer d’autres catégories, notamment les professions libérales et les petites entreprises.

Dans le même sillage, M. El Otmani a relevé que le gouvernement, conformément à son programme électoral et à la note de cadrage relative au projet de la loi de finances 2019, érige l’emploi en axe de travail central dans lequel de grands efforts ont été déployés.

S’agissant de la retraite, le gouvernement est déterminé à aller jusqu’au bout dans la réforme globale des régimes de retraite, a affirmé le Chef du gouvernement, faisant remarquer que les problèmes liés au système de retraite sont une donne universelle.

Interrogé sur la question du changement d’heure, M. El Otmani a souligné que l’adoption de l’heure été (GMT+1) de façon permanente était incontournable pour pallier les multiples inconvénients liés au changement d’heure quatre fois par an, notant que cette décision a été dictée par la nécessité de préserver la sécurité énergétique pendant les périodes de forte consommation d’électricité.

L’étude ayant sous-tendu cette décision sera publiée prochainement, a-t-il fait savoir, ajoutant que des consultations sont en cours autour de la modification et l’adaptation du temps scolaire, étant donné que les enfants scolarisés constituent la frange la plus concernée par cette décision.

« Nous continuons l’évaluation, et il est hors de question d’abandonner l’heure d’été » vu son importance dans la rationalisation de la facture énergétique tout en évitant le risque de coupures de courant lors des périodes de pointe, a-t-il expliqué, assurant que le secteur de l’enseignement ne sera pas déstabilisé par les modifications apportées.




M. El Otmani a mis en avant les efforts déployés par le gouvernement pour réformer le secteur de l’enseignement, lesquels portent notamment sur la réduction de la surcharge des classes, la lutte contre le décrochage scolaire et l’élargissement du nombre des bénéficiaires du programme « Tayssir ».

Dans ce sens, le Chef du gouvernement a fait état de l’élaboration d’une stratégie solide qui a commencé à porter ses fruits en termes de réduction du surpeuplement des classes, ajoutant que le gouvernement a œuvré à élargir l’assiette des bénéficiaires du programme « Tayssir » dans les zones les plus défavorisées et les plus vulnérables.

Des efforts ont été fournis en vue d’étendre ledit programme à tous les villages pour les cycles primaire et secondaire, a-t-il précisé, mettant l’accent sur l’importance particulière que revêt cette mesure, notamment pour le filles.

Et d’ajouter que l’Exécutif poursuivra la mise en œuvre de plusieurs mesures sociales pendant l’année prochaine par le biais de la loi de finances qui comprend nombre de mesures à caractère stratégique.

Dans le même cadre, le Chef du gouvernement a indiqué que le Fonds d’aide directe aux veuves a versé des subventions à 89 mille veuves et à près de 150 mille enfants orphelins, outre les bourses accordées pour la première fois aux stagiaires en formation professionnelle, qui ont bénéficié à 11 mille étudiants en 2017. Pour l’année en cours, l’objectif que le gouvernement s’est fixé est d’atteindre 60 à 70 mille bénéficiaires, a-t-il indiqué.

En ce qui concerne la contractualisation dans le système de l’éducation et de la formation, M. El Otmani a précisé que toutes les Académies régionales de l’éducation et de la formation (AREF) ont ratifié le statut relatif aux enseignants contractuels qui définit l’ensemble des engagements et droits de cette catégorie, assurant que la situation des contractuels est « stable et leurs droits sont pleinement garantis ».

Dans ce contexte, le Chef du gouvernement a rappelé le lancement d’un programme pour la formation de 200.000 enseignants à l’horizon de 2028, soit 20.000 cadres compétents et bien formés qui vont d’être d’un grand apport pour le système de l’éducation et de la formation.

Par ailleurs, M. El Otmani a insisté sur l’attachement du gouvernement à la gratuité de l’enseignement, assurant qu’ »il n’existe aucune intention de renoncer au principe de gratuité ».

Sur le volet de l’emploi, il a relevé que le PLF 2019 contient plusieurs mesures destinées à réduire le taux de chômage à travers l’encouragement du secteur privé, des associations et des auto-entrepreneurs, outre l’adaptation de la formation au marché de travail et la signature de conventions régionales pour que les régions puissent adhérer à la politique de l’emploi.

Et de souligner que le gouvernement œuvre pour développer la formation professionnelle, créer de nouveaux établissements orientés vers des métiers prometteurs et encourager l’investissement industriel national et étranger afin de promouvoir ce secteur.




Concernant le secteur de la santé, le Chef du gouvernement a indiqué que ce domaine doit bénéficier d’un intérêt particulier, notant l’existence de dysfonctionnements liés principalement à la gouvernance du système de couverture médicale « RAMED ».

M. El Otmani a préconisé, dans ce cadre, la mise en place d’un organisme spécial chargé de traiter les problèmes relatifs à ce système ainsi que le renforcement des ressources humaines qui souffrent d’un déficit aigu.

Pour remédier à cette situation, El Otmani a fait savoir que le budget alloué au secteur de la santé sera augmenté tous les ans, appelant, à cet égard, à la conjugaison des efforts de l’ensemble des intervenants des secteurs public et privé pour réaliser les objectifs escomptés.

Pour ce qui est des terres soulaliyates, M. El Otmani a expliqué que ce problème est lié particulièrement à la distribution et à l’exploitation de ces terres, ajoutant qu’un programme a été élaboré pour la distribution des terres collectives sur les ayants droit dans les régions du Gharb et d’El Haouz.

« Nous nous penchons sur les moyens de résoudre les problématiques relatives à l’appropriation au profit des ayants droit pour mettre fin à toute ambiguïté concernant la propriété de ces terres », a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, M. El Otmani a affirmé que l’équipe gouvernementale est assez homogène et soudée pour mettre en œuvre son programme. « Nous sommes attachés à la cohérence et la convergence entre les différents départements gouvernementaux et nous veillons à ce que les divergences ne se répercutent pas sur la gestion gouvernementale », a-t-il soutenu.

Commentant la récente résolution du Conseil de sécurité de l’ONU sur le Sahara marocain, le Chef du gouvernement a souligné qu’elle constitue une victoire pour le Maroc, pour la solution politique et pour l’approche marocaine basée sur l’initiative d’autonomie, estimant que cette résolution contient deux points d’une grande importance pour le Royaume.

Il s’agit, selon M. El Otmani, de la confirmation par le Conseil de sécurité du fait que le règlement de la question du Sahara marocain doit être politique, consensuel et réaliste, et de son appel au « front séparatiste » à respecter la zone tampon et à se retirer de la zone de Guerguerat.




>> À lire aussi: