(Vidéo) Affaire Bouachrine: l’avocat du journaliste fait un rapprochement avec le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi





Lors de l’audience de lundi 29 octobre, du procès Taoufiq Bouachrine pour, la défense du journaliste a fait un rapprochement entre l’affaire Bouachrine et celle du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. 

L’avocat de Taoufiq Bouachrine, Abdelmoula El Marouri a déclaré que la condamnation de Bouachrine avait elle aussi un rapport avec ses positions à propos du système politique saoudien. Pour l’avocat, la condamnation de Bouachrine est en lien avec les écrits de l’éditorialiste au sujet du prince Mohammed Ben Salman.

Une stratégie qui n’a pas été du goût de tout le monde. Le juge Bouchaib Fareh a contesté ces déclarations, demandant à la défense du journaliste de ne pas évoquer des questions politiques qui ne font pas partie des éléments du dossier. 

Quant à la défense des plaignantes, elle a contesté ces déclarations, estimant cette stratégie comme étant une tentative de « politiser le procès ».

L’un des avocat de la défense des plaignantes, Me Karout a déclaré qu' »Il y a une grande différence entre les deux cas. C’est comme pour l’affaire Merdas, on n’arrêtait pas de dire que c’était une affaire politique, alors que c’était seulement lié au sexe et à l’argent ».





Me Mohamed Ziane, un des avocats de Bouachrine, avait déjà présenté trois requêtes à la Cour lors de la précédente audience. Il a demandé une expertise psychologique afin de savoir si les capacités mentales du journaliste lui permettent d’assister aux « longues et éprouvantes » audiences de son procès. Me Ziane a ensuite exigé de renvoyer l’affaire devant le juge d’instruction, contestant les compétences de la Cour à se prononcer dans l’affaire du viol d’une femme enceinte dans laquelle la peine peut atteindre jusqu’à 30 ans. L’avocat a aussi tenté de séparer les dossiers relevant du pénal des autres.

Pour rappel, le Parquet avait retenu contre le fondateur et ex-directeur de publication d’Akhbar Al Yaoum une dizaine de chefs d’accusation sans rapport avec son métier de journaliste: harcèlement sexuel, viol, attentat à la pudeur, abus d’autorité, traite humaine, pression sur une personne en vue de débauche…




>> À lire aussi:







https://www.lepetitjournalmarocain.com/2018/10/27/le-ministere-lance-un-nouveau-site-dedie-aux-mre/