Régime d’auto-entrepreneur : 80 000 inscrits, selon El Othmani

La mise en œuvre du régime de l’auto-entrepreneur a permis de réaliser un bilan significatif avec un total de 80.000 bénéficiaires jusqu’à fin septembre dernier et un chiffre d’affaires d’environ 400 millions de dirhams, a indiqué lundi à Rabat le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani.

En réponse à une question centrale sur «La politique du gouvernement en matière d’insertion des jeunes» lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des représentants, Saâd Dine El Othmani a souligné que le régime d’auto-entrepreneur constitue un mécanisme efficace pour favoriser l’intégration économique des jeunes et leur accès au marché de l’emploi, et encourager chez eux l’esprit d’initiative et d’entreprenariat.

Il s’agit aussi d’un levier pour promouvoir l’intégration du secteur informel dans le tissu économique structuré en ouvrant la voie aux jeunes pour qu’ils bénéficient d’un système fiscal favorable leur permettant de tirer profit de procédures et de démarches simplifiées par le biais d’un guichet unique entre autres.




En vue de promouvoir et d’améliorer ce régime, le chef du gouvernement a précisé qu’une série de mesures ont été prises, dont la tenue de rencontres en partenariat avec divers acteurs pour faire connaître ce système aux niveaux régional et local, de promouvoir le statut d’auto-entrepreneur en tant qu’acteur économique auprès des opérateurs institutionnels et privés et de développer une version améliorée du site électronique dédié à l’inscription des auto-entrepreneurs dans le registre national.

En outre, il a été décidé de mettre sur pied une commission composée des différentes départements ministériels concernés, chargée de mettre en œuvre cette politique intégrée en faveur de la jeunesse et dont la première réunion se tiendra cette semaine, a-t-il fait savoir, notant que cette structure se veut un gage de bonne gouvernance en la matière.

Saâd Dine El Otmani a, également, relevé qu’afin de mettre en application de cette politique intégrée en faveur des jeunes, quelque 42 mesures ont été définies en lien avec nombre de domaines se rapportant notamment à l’emploi, l’enseignement, la santé, les services de proximité, les loisirs, le sport, la gouvernance et la participation citoyenne.

Il a, d’autre part, passé en revue les programmes et les mesures visant à concrétiser l’objectif de l’insertion des jeunes, particulièrement en termes d’intégration économique, de qualification, d’accès au marché de l’emploi, de soutien de l’auto-entrepreneuriat.

Concernant l’adéquation entre formation et besoins du marché, le chef du gouvernement a rappelé qu’une série de mesures ont été adoptées en vue de favoriser une transition linguistique souple de l’enseignement secondaire qualifiant vers l’enseignement supérieur, conformément à la Vision stratégique de la réforme du système d’éducation, tout en prenant en considération le potentiel de l’étudiant afin de lui permettre de concrétiser son propre projet.




>> À lire aussi: