Le business de l’alcool, une véritable machine à sous au Maroc

Bien que mal vu, les recettes fiscales provenant des boissons alcoolisées devraient connaître une forte hausse si l’on se fie aux prévisions du projet de loi de finances.





Dans son projet de loi de finances pour l’année 2019, présenté ce lundi 22 octobre au parlement, le gouvernement d’El Othmani évalue le montant des recettes à 1,5 milliard de dirhams, rapporte le journal Al Ahdath Al Maghribia.Les recettes de l’État réalisées sur la taxation des alcools, des vins devraient rapporter 678 millions de dirhams, alors que celles sur les bières seront de 823 millions de dirhams soit une hausse de 100 millions de dirhams par rapport aux chiffres de l’année dernière. La contrebande et la fabrication clandestine d’alcools ne sont pas considérées dans les chiffres officiels, ne générant pas de recettes fiscales. D’où les efforts du gouvernement pour les combattre.Ces dernières années, de nombreuses critiques ont été adressées au Gouvernement, reprochant un discours contradictoire. D’une part, il critique la présence et la consommation d’alcool dans la société marocaine et d’autre part, il n’hésite pas à augmenter les taxes pour clôturer leur budget avec des produits « haram ».




>> À lire aussi: