Déchu de la nationalité belge, Fouad Belkacem va-t-il être expulsé vers le Maroc ?

La cour d’appel d’Anvers a décidé mardi de retirer la nationalité belge à Fouad Belkacem. L’ancien dirigeant du groupe terroriste « Sharia4Belgium » manquait gravement à ses obligations en tant que citoyen belge, selon la justice. Belkacem n’a désormais plus que la nationalité marocaine.



«Je vais maintenant examiner avec lui ce qui est possible de faire. L’appel en cassation est possible, puis la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg», a déclaré l’avocate de Fouad Belkacem, Liliane Verjauw. Me Verjauw craint que M. Belkacem soit utilisé comme exemple et qu’une expulsion vers le Maroc ne soit désormais que la prochaine étape. «Pour sa famille, ce serait un désastre et pour lui également. Dans de tels pays, les valeurs démocratiques ne sont pas toujours respectées. Je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour éviter une expulsion. »

Derrière les barreaux depuis 5 ans

Fouad Belkacem est derrière les barreaux depuis cinq ans maintenant. Il a été condamné à plusieurs reprises. Il a notamment été condamné, en janvier 2016, à une peine de 12 ans comme responsable de l’organisation terroriste Sharia4Belgium, sa peine la plus lourde.

Interrogé par RTL INFO, le secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration, Theo Francken a déclaré que « Monsieur Belkacem est dans une prison belge. Le retrait de la nationalité fait que son droit de séjour est fini. Quand il sera sorti de prison, il devra retourner vers le pays où il a la nationalité, c’est-à-dire le Maroc. C’est une procédure administrative qui prend du temps, on va collaborer avec le Maroc pour voir ce qu’on va faire avec cet individu ».

« Il est encore en prison, il y reste pour y faire sa peine. Quand la peine sera finie et qu’un juge dira qu’il doit être libéré, ce problème se posera. Pour ça, je peux seulement dire que monsieur Belkacem est illégal sur le territoire belge, et qu’il doit retourner vers le pays d’origine, c’est la procédure. On doit parler avec le gouvernement marocain aussi, parce que je comprends aussi que ce n’est pas toujours très facile. Il a aussi le droit d’introduire un recours, devant le CCE, qui est le Conseil du contentieux pour les étrangers, contre la décision que je vais prendre. La procédure juridique prend alors encore quelques temps. Mais le fait qu’il va perdre son droit de séjour, ça c’est clair », a ajouté Theo Francken.

En juin 2017, Fouad Belkacem s’était marié en prison avec une ressortissante belge d’origine marocaine et pour beaucoup il avait agi ainsi pour éviter d »être expulsé vers le Maroc.




>> À lire aussi: