Tétouan: deux ans de prison ferme pour avoir lancé un appel à manifester après la mort de Hayat




Le jeune homme qui avait appelé à manifester sur son compte Facebook après la mort de Hayat Belkacem, tuée par des balles de la Marine royale sur un go-fast vient d’être condamné à deux ans de prison ferme.

Le tribunal de première instance de Tétouan a condamné, Soufiane Al-Nguad pour « outrage aux symboles de la nation », « appel à l’insurrection civile » et « propagation de la haine », indique son avocat, Jabir Baba à telquel.ma.

Pour son avocat, le seul crime de  Soufiane Al-Nguad est d’avoir posté « des publications sur Facebook, dans lesquelles mon client a exprimé sa colère suite à la mort de Hayat Belkacem ».

« Mon client n’a ni fait l’apologie de la haine, ni insulté aucun symbole de la nation. Il a uniquement dénoncé la mort tragique de Hayat. La peine de deux ans ferme est extrêmement dure et exagérée », explique son avocat dont le client avait publié sur Facebook un appel à une manifestation des ultras de Tétouan suite à la mort de la jeune femme.





Lors de la rencontre opposant le Moghreb de Tétouan au Kawkab de Marrakech, le drapeau espagnol avait été brandi et l’hymne national marocain avait été hué en direct à la télévision et après la rencontre, des incidents ont éclaté dans le centre-ville de Tétouan.

Au total, 18 jeunes, dont neuf mineurs sont actuellement poursuivis par la justice également dans le cadre des événements de la journée du 28 septembre.

Soufiane Al-Nguad, un auto-entrepreneur avait été arrêté le 1er octobre dernier. Deux jours auparavant, il avait diffusé sur Facebook la convocation de la police.



>> À lire aussi: