Le Maroc débloque chaque année 750.000 euros pour le paiement des imams de Sebta

Le Maroc admet avoir « historiquement payé les imams de Sebta », a souligné jeudi 18 octobre le porte-parole du gouvernement marocain Mustapha El Khalfi à l’issue du Conseil du gouvernement.





Selon le ministre, cette dépense entre « dans le cadre des efforts consentis par le Royaume pour combattre l’extrémisme et diffuser un discours modéré conformément à la ligne officielle du Maroc ».

Dans un reportage diffusé cette semaine par une chaîne espagnole et relayé par plusieurs médias espagnols qui ont fait savoir que « la majorité des imams de Sebta sont payés par le gouvernement marocain », ce qui pose un sérieux problème à Madrid pour qui cela « s’apparentant à une forme d’ingérence directe ». Pour Rabat, Sebta est une ville marocaine et la quasi-totalité des imams du préside possèdent la double nationalité.

Par ailleurs, l’imam Mohamed Ali de la mosquée Benzù à Sebta a déclaré percevoir un salaire de 500 euros par mois de la part du Maroc en plus de 250 euros pour la maintenance du lieu de culte. A cela s’ajoute le salaire du muezzin.

Le ministre est resté très évasif sur le nombre exact d’imams actuellement payés par le gouvernement marocain, mais les médias espagnols ont indiqué que le royaume débloque chaque année 750.000 euros pour le paiement des imams des 42 mosquées de la ville, chiffre qui a été indirectement démenti par le ministre.




>> À lire aussi: