Plus de 40 jours pour un RDV à l’hôpital !

Le ministère de la Santé livre le bilan de l’expérience «Mawiidi». Le département veut prochainement réduire le délai d’attente de 42 à 30 jours.




42,23 jours, c’est la moyenne pour obtenir un rendez-vous dans une structure de soins du ministère de la Santé. Cette moyenne a été établie entre le 10 septembre et le 10 octobre 2018. Le chiffre a été annoncé par Anas Doukkali, ministre de la Santé, lors de son passage à la Chambre des représentants le 15 octobre. Le ministre a présenté le bilan de l’expérience «Mawiidi» menée depuis 2015.

Le digital n’a pas la côte
Les Marocains, usagers du système de santé publique, continuent de privilégier le déplacement physique pour prendre rendez-vous. Ce mode représente 85% des 5,17 millions de rendez-vous depuis le lancement de «Mawiidi». La part de la prise de rendez-vous via le canal digital sur le site www.mawiidi.ma représente 10% du total, alors que les prises de rendez-vous téléphoniques constituent 5% de l’ensemble. Ce système devait permettre «d’améliorer la relation hôpital-citoyen en évitant les déplacements multiples et les frais financiers y afférents, mais aussi libérer les RH afin de prendre en charge les patients et améliorer la transparence», rappelle le ministre.

Malgré les avantages de l’application digitale, le déplacement en personne reste donc le premier choix. Ce statu quo n’est pas anodin. Il s’explique, selon le ministère, par des difficultés constatées dès juin 2017. Le ministère avait appelé les 12 directions régionales à organiser «des campagnes médicales spécialisées pour atténuer le temps d’attente pour les rendez-vous, qui dépasse deux mois». Face aux observations et critiques des citoyens, le ministère a adressé une deuxième circulaire en janvier 2018 pour inciter les responsables régionaux à «prendre les mesures pour réduire la moyenne nationale des prises de rendez-vous à un mois pour une consultation médicale et augmenter le taux de prise de rendez-vous sur Internet et par téléphone à 50%», souhaite le ministre. Des objectifs qu’il va falloir concrétiser…




À lire aussi: