Pour le gouvernement de Sebta, le service militaire va pousser des jeunes Marocains à immigrer




Le gouvernement de Sebta a exprimé sa conviction que l’arrivée d’enfants marocains dans l’enclave « s’accentuera » dans les prochaines semaines en raison de la décision du gouvernement marocain de rétablir le service militaire obligatoire.

La ministre de la Santé et des Mineurs du gouvernement de Sebta, Adela Nieto a déclaré aux journalistes qu’elle analysait « la possibilité et la viabilité » de transférer à l’administration générale espagnole sur la base d’un consensus, concernant la question des mineurs étrangers non accompagnés (MENA).

Adela Nieto a fait valoir que ce retour aurait lieu « dans le but de défendre les intérêts de l’enfant et de résoudre de manière adéquate le problème généré à Sebta ».

“Nous ne voulons pas que Sebta devienne un lieu de confinement et nous ne pouvons pas assumer toute l’enfance de l’Afrique et du Maroc” a-t-elle ajouté.

La ministre a déclaré que Sebta était « totalement dépassée » par situation « alarmante », en affirmant qu’il y a actuellement dans l’enclave environ 400 mineurs – 310 enregistrés par la ville et environ 80 autres non -, fixant ainsi le ratio à 4 mineurs sur 1 000 habitants, un taux qui multiplie par 8 les chiffres de l’Andalousie alors que gouvernement espagnol n’a la capacité d’accueillir que 70 mineurs étrangers.

Entre janvier à septembre dernier, les chiffres dans l’enclave ont augmenté de 54% et, selon Adela Nieto, « tout semble indiquer qu’elle sera en crescendo » en raison du rétablissement au service militaire obligatoire au Maroc.




>> À lire aussi: