L’Espagne salue l’ »engagement responsable » du Maroc dans la lutte contre l’immigration illégale

La Secrétaire d’Etat espagnole aux affaires migratoires, Mme Consuelo Rumi, a salué l’ »engagement responsable » du Maroc dans le domaine de la lutte contre l’immigration illégale, soulignant que nul ne peut mettre en doute le rôle du Royaume en la matière.




« Le Maroc honore ses engagements et respecte les accords qu’il a signés » en matière de lutte contre les flux migratoires illégaux, a affirmé Mme Rumi dans un entretien à la MAP au terme de sa visite de travail de deux jours au Maroc lors de laquelle elle a eu des entretiens avec plusieurs responsables marocains axés sur les questions d’intérêt commun dans les domaines migratoire et de l’emploi.

Après avoir subi les effets du phénomène migratoire comme étant un pays d’origine et de transit de candidats à l’immigration irrégulière, le Maroc est devenu ces dernières années un « pays d’accueil » de l’immigration illégale et fournit des efforts importants pour faire face à cette situation, a fait observer la responsable espagnole, mettant l’accent sur la nécessité d’une approche « partagée et globale » pour juguler ce fléau.

A cet égard, Mme Rumi, qui a qualifié de « très positif » le bilan de ses rencontres avec les responsables marocains, a rappelé que le Royaume, à l’instar de l’Espagne, avait lancé une opération de régularisation de la situation des immigrés établis de manière illégale sur son territoire, ajoutant que cette action volontariste a permis une « bonne intégration » des personnes bénéficiaires.

« Le Maroc a besoin de soutien et d’aide financière de l’Union européenne pour faire face à cette situation délicate », a martelé la Secrétaire d’Etat espagnole, assurant que le soutien des pays européens est primoridial pour le Maroc et l’Espagne, qui collaborent et oeuvrent dans la mesure de leurs moyens pour contrôler leurs frontières.




« L’Espagne va être la voix du Maroc au sein de l’Europe pour réclamer davantage de soutien et d’aide financière » afin de renforcer la coopération dans le domaine de la lutte contre l’immigration et les réseaux de traite humaine, a encore insisté Mme Rumi, ajoutant que son pays s’engage à transmettre à ses partenaires européens « les besoins et l’engagement » du Maroc en la matière.

La responsable espagnole, qui a souligné que l’immigration clandestine « ne peut être jamais une solution pour garantir une vie meilleure », a appelé les partenaires européens à faire preuve de « responsabilité et de solidarité » avec les pays concernés directement par le phénomène migratoire pour freiner l’hémorragie et contrecarrer les réseaux de l’immigration clandestine.

Ces réseaux, qui profitent du désespoir et de l’ignorance des candidats à l’immigration clandestine, ne sont que des « vendeurs d’un rêve européen qui n’existe pas », a-t-elle déploré, appelant ces jeunes candidats à penser mille fois avant d’entamer ce périple dangereux, voire mortel.

>> À lire aussi: