Espagne: plus de 200.000 clandestins d’origine marocaine menacés d’expulsion

Le gouvernement espagnol a recouru à l’accord de circulation et de réadmission des étrangers signé entre l’Espagne et le Maroc en 1992 pour pouvoir expulser plus 211.000 marocains résidant de manière illégale en Espagne. 

Le gouvernement espagnol pense sérieusement à expulser plusieurs Marocains de son territoire. La secrétaire d’Etat espagnole aux affaires migratoires, Consuelo Rumo, estime que «Le Maroc est un pays stable et en sécurité. Du coup, l’Espagne n’accorde pas d’asile politique à ses habitants».

Cette décision concernerait plus de 211.000 Marocains ayant rejoint illégalement l’Espagne, dont 6.433 personnes qui ont traversées depuis janvier 2018. Selon Akhbar Al Yaoum, cette initiative viserait également les activistes du Hirak du Rif qui ont traversé clandestinement après le début des manifestations.




La ministre espagnole a fait savoir que le Maroc n’est pas sur la liste des pays ciblés par l’asile, en tant que pays stable, ajoutant que «les Marocains n’ont pas droit à l’asile en Espagne. Nous savons que la plupart font ces demandes pour retarder leur expulsion, mais nous allons y remédier le plus vite possible, avec toutes les garanties juridiques».

La responsable espagnole a souligné que l’immigration clandestine n’est pas la solution pour garantir une vie meilleure. Les différents partenaires doivent combattre les réseaux qui tirent profit du désespoir et de l’ignorance des migrants. « Ces réseaux ne sont que les vendeurs d’un rêve européen qui n’existe pas. Les jeunes doivent bien réfléchir avant d’entreprendre ce périple dangereux, bien souvent mortel ».

Pour rappel, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur espagnol plus de 30.000 migrants clandestins sont arrivés sur la péninsule ibérique cette année, dont 6 433 marocains.

>> À lire aussi: