Affaire du « Go fast »: L’armée donne sa version des faits suite la mort de Hayat

La polémique enfle sur la mort de Hayat, la jeune femme morte suite aux tirs de la Marine royale sur un go-fast transportant 18 migrants marocains.




Une source au sein de l’armée donne sa version des faits au site telquel.ma « L’incident regrettable qui s’est produit le 25 septembre 2018 au large de la Méditerranée et qui a coûté la vie à une jeune marocaine, Hayat B., lorsqu’un garde-côtes de la Marine Royale a tenté d’arrêter un ‘go-fast’ suspect, a suscité beaucoup de réactions qui sont parfois basées sur de fausses informations”.

« A l’approche d’un des Garde-Côtes, le Go-fast a accéléré pour prendre la fuite. Une course poursuite a alors été engagée pour l’arrêter. Le Go-fast suspect a adopté une attitude hostile en recourant à des manœuvres dangereuses qui allaient provoquer une collision évitée de justesse par le Garde-côte de la Marine Royale. Celui-ci a été astreint de procéder à des tirs de semonce. Les manœuvres du Go fast pour essayer d’échapper au contrôle du Garde-côtes de la Marine Royale, a placé celui-ci dans le champ de tir du Garde-côte marocain ce qui a provoqué la blessure de quelques occupants du Go-fast  qui s’est révélé par la suite transportant des candidats à l’émigration clandestine dissimulés sous la bâche », indique la même source.

La source soutient également que seul le pilote était visible, les migrants étaient tous camouflés sous une bâche de la même couleur que la mer ajoutant que « Le go-fast effectuait des manœuvres intimidantes, il lui fonçait dessus car le garde cote lui coupait la route ».

La procédure à suivre par la marine dans ce genre de situation est « Si un bateau suspect ne veut pas obtempérer, on procède à des tirs de semonce. S’il n’obtempère pas, on peut tirer, sur le moteur ». « Dans ces cas-là, vous n’attendez pas un ordre de la terre, il faut faire vite. Vous visez le moteur, mais vous tirez depuis un bâtiment en mouvement – qui tangue sur la houle – sur une embarcation elle-même en mouvement  » explique-t-il.

Pour rappel, lors de cette intervention trois personnes ont été blessés et Hayat Belkacem est morte à son arrivée à l’hôpital.




>> À lire aussi: