Le Maroc leader de l’Union africaine sur la question migratoire

La Représentante spéciale des Nations-Unies pour les migrations internationales, Louise Arbour, a salué, lundi à New York, à l’issue d’un entretien avec le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, M. Nasser Bourita, le leadership du Maroc en matière migratoire, sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, « qui a été désigné leader de l’Union africaine sur la question migratoire ».




Mme Arbour a indiqué que l’entrevue avec M. Bourita a été l’occasion d’examiner les préparatifs pour la tenue, en décembre prochain à Marrakech, de la conférence internationale pour l’adoption formelle du Pacte mondial sur la migration, qui, a-t-elle tenue à préciser, “constitue, cette année pour les Nations Unies, la conférence inter-gouvernementale la plus importante, dans la mesure où elle se tiendra au plus haut niveau et verra de ce fait la participation des chefs d’état et de gouvernements ainsi que des ministres des affaires étrangères”.

Cette rencontre a également été l’occasion de passer en revue le contenu du pacte mondiale sur la migration, qui constitue un témoignage de la “force” du multilatéralisme, a-t-elle dit, soulignant que la conférence de Marrakech verra le lancement des partenariats de l’innovation et la mise en oeuvre du pacte mondial lui même.

Après avoir rappelé la désignation de Sa Majesté le Roi leader de l’Union africaine sur la question migratoire, Mme Arbour a souligné que l’Afrique est “très engagé”, en faisant observer qu’”en réalité la question migratoire internationale et d’abord régionale contrairement aux idées reçues”. “Les Africains ne migrent pas tous en Europe, dans la mesure où le continent est le théâtre de mouvements migratoires à une large échelle”, a-t-elle fait remarquer, notant que ce même phénomène est constaté en Asie et en Amérique latine.

Elle s’est, dans ce contexte, félicitée qu’il existe des leaders africains qui comprennent le besoin de cueillir les fruits et les bénéfices de la migration et d’en réduire les inconvénients.

“Le Maroc s’est arrogé une position de leadership en la matière, comme en témoigne la décision du Royaume d’abriter la conférence internationale pour l’adoption formelle du Pacte mondial sur la migration”, a conclu Mme Arbour.




Mardi dernier, la Présidente de la 73è session de l’Assemblée générale des Nations-Unies, Maria Fernanda Espinosa, qui donnait le coup d’envoi de cette session, avait, dans la même veine, affirmé que la Conférence de Marrakech sera un “jalon fondamental” pour aboutir à une migration sûre, ordonnée et régulière.

Mme Espinoza avait fait savoir que l’une des priorités de sa présidence de cet organe plénier des Nations-Unies est justement de “promouvoir et de mettre en œuvre de nouveaux pactes sur la migration et les réfugiés”.

“Il est de notre devoir de chercher à protéger les millions de réfugiés à travers le monde et de canaliser nos efforts vers une migration sûre, ordonnée et régulière”, avait dit l’ancienne ministre des Affaires étrangères de l’Equateur.

La Conférence prévue au Maroc en décembre sera un jalon fondamental à cette fin”, avait-elle assuré.

>> À lire aussi: