La Belgique appelle Israël à ne pas démolir le village palestinien de Khan al-Ahmar

La Belgique a appelé jeudi les autorités israéliennes à ne pas démolir le village palestinien de Khan al-Ahmar, situé à l’est d’Al Qods occupée.

Dans un communiqué, les vice-premiers ministres belges Alexander De Croo et Didier Reynders affirment suivre « avec la plus grande inquiétude » les développements dans la communauté bédouine de Khan al-Ahmar.

À l’instar de la Haute Représentante de l’Union européenne (UE), Federica Mogherini, et d’autres pays européens, « ils en appellent instamment les autorités israéliennes à ne pas procéder à la démolition de cette communauté qui entraînerait le déplacement forcé de ses habitants » d’autant plus que Khan al-Ahmar est « situé dans une zone d’importance stratégique pour la perspective d’un Etat palestinien d’un seul tenant et viable », indique le communiqué publié par le ministère belge des Affaires étrangères.

Les deux responsables belges rappellent à cet égard que « les démolitions d’infrastructures et d’habitations en Cisjordanie, territoire palestinien occupé, sont contraires au droit international humanitaire, et en particulier à la IVème Convention de Genève, en ce qu’elles entraînent des évacuations et des transferts forcés de populations, ainsi qu’aux résolutions du Conseil de sécurité ».




Et de conclure qu’ »ils poursuivront leurs efforts pour préserver la solution à deux États avec Jérusalem pour capitale, afin de parvenir à une paix juste et durable » et ce, en coordination étroite avec la haute représentante de l’UE et leurs partenaires européens ainsi qu’avec la Communauté internationale.

Plusieurs infrastructures de la communauté palestinienne de Khan al-Ahmar ont été financées par l’UE et ses Etats membres, dont la Belgique. L’école de Khan al-Ahmar dessert quatre autres communautés des environs.

L’Union européenne, par la voix de sa chef de diplomatie Federica Mogherini, avait déjà exhorté Israël à reconsidérer sa décision de démolir le village palestinien de Khan al-Ahmar, dont les conséquences « seraient très grave, menaceraient sérieusement la viabilité d’une solution à deux Etats et compromettraient les perspectives de paix ».

La Haute Cour de justice israélienne avait rejeté la semaine dernière une requête déposée par les habitants de Khan al-Ahmar et donné son feu vert pour sa démolition dans un délai de 7 jours, faisant ainsi fi des appels de la communauté internationale pour empêcher sa destruction.




À lire aussi: