France: une voiture fonce sur la foule à la Féria de Nîmes, deux blessés légers

Un automobiliste a blessé légèrement deux personnes dans la nuit de jeudi à vendredi à Nîmes, dans le sud de la France, en voulant foncer sur des piétons, avant que son véhicule ne soit arrêté par une barrière de sécurité, a-t-on appris de sources concordantes.

Vers 01H00 du matin vendredi (23H00 GMT jeudi), selon des témoignages recueillis sur place par l’AFP, l’homme de 32 ans a foncé en direction d’une cinquantaine de clients d’un bar, « l’Instant T », qui se trouvaient dans la rue devant l’établissement.

Sa voiture, une Peugeot blanche, a terminé sa course empalée dans une barrière de sécurité installée en prévision de la féria de Nîmes – une grande fête populaire autour de la tauromachie – qui doit débuter vendredi, a constaté un journaliste de l’AFP. Il aurait essayé de prendre la fuite et a été rattrapé par la foule. Il aurait été frappé avec force. Ce qui a nécessité son hospitalisation dans les instants qui ont suivi son arrestation.

Plusieurs témoins de la scène, interrogés par l’AFP, rapportent que l’homme a crié « Dieu est le plus grand » au moment des faits. Il serait inconnu de la police pour des faits de radicalisation, selon une source proche de l’enquête. Cependant, il a été précisé que cet employé de mairie n’est pas arabophone et n’aurait aucune proximité avec l’islam. Il n’est pas issu de l’immigration, a-t-on appris par ailleurs.




Le procureur de la République Eric Maurel, qui s’est rendu sur place, a expliqué que l’automobiliste, qui avait tenté de fuir, avait été interpellé et molesté par la foule.

Dans un état de « relative confusion mentale » lors de son interpellation, l’homme a été hospitalisé, a ajouté le procureur. Il s’agit d’un habitant de Nîmes qui serait sur le point de se séparer de sa compagne avec laquelle il aurait un ou des enfants. Une situation qui pourrait évacuer la thèse d’un acte terroriste.

Une enquête a été ouverte pour « tentative de meurtre ».

>> À lire aussi: