Les migrants subsahariens renvoyés de Sebta, condamnés à 2 mois de prison au Maroc

La Justice marocaine a récemment condamné à deux mois de prison et à une amende de 500 dhs chacun, 18 migrantss subsahariens, pour « violence et immigration illégale ».

Ces migrants ont été arrêtés le 22 août dernier lors d’une tentative d’entrer massive dans l’enclave séparant Sebta et Fnideq de la part de migrants subsahariens dont 120 migrants ont réussi à s’infiltrer à Sebta le jour de l’Aïd Al Ahda avant que les autorités espagnoles n’interviennent pour les reconduire au poste frontalier marocain.

Ce groupe avait pris d’assaut la double clôture qui sépare le Maroc de Sebta, puis ils s’étaient attaqués aux forces de l’ordre, tant marocaines qu’espagnoles. Ces migrants sont accusés de violence, d’avoir lancé des pierres et utilisé des armes blanches. Ils ont également jeté de l’acide et de la chaux vive sur les gardes-frontières des deux côtés de la frontière. 




Au total, 120 migrants subsahariens avaient réussi à s’infiltrer à Sebta, ils ont été reconduits le 23 août dernier à bord d’un autocar vers le poste frontalier marocain par les autorités espagnoles. 132 migrants et 22 policiers espagnols avaient alors été blessés.

Pour rappel, le ministère marocain de l’intérieur avait annoncé que les tentatives d’immigration clandestine, contraires aux lois en vigueur au Maroc, exposent leurs auteurs à des poursuites judiciaires qui doivent déterminer, au cas par cas, s’ils doivent faire l’objet d’expulsion du territoire ou de jugements à leur encontre en fonction de leur acte.

>> À lire aussi: