Des enfants palestiniens visitent le jardin zoologique national de Rabat

Des enfants palestiniens ont visité, jeudi, le jardin zoologique national de Rabat, en marge de leur séjour au Maroc pour prendre part aux colonies de vacances organisées par l’Agence Bayt Mal Al-Qods.
Lors de cette visite, ce groupe d’enfants a visité les différentes dépendances du parc et suivi des explications sur la mission du zoo portant sur la préservation du bien-être des animaux, la conservation, la recherche scientifique, l’éducation à l’environnement et le divertissement.



Ces enfants maqdessis séjournent actuellement au Maroc dans le cadre de la 11è édition des colonies de vacances organisées du 10 au 24 juillet dans les villes de Casablanca, Rabat, Tanger et Tétouan, par l’Agence Bayt Mal Al-Qods Acharif, sous le Haut patronage du roi Mohammed VI, Président du Comité Al-Qods.

Dans une déclaration à la MAP, le chef de la délégation palestinienne, Maher Makarja, a salué les actions menées au profit des enfants maqdessis, remerciant le roi Mohammed VI pour l’intérêt particulier qu’accorde le Souverain à la cause palestinienne.

Ce geste de bienveillance laisse, chaque année, de bons sentiments chez les habitants de la ville d’Al-Qods, a déclaré M. Makarja, qui conduit une délégation composée de 50 enfants et de quatre encadrants.

De leur côté, des enfants palestiniens n’ont pas manqué d’adresser leurs vifs remerciements au peuple marocain pour son chaleureux accueil, exprimant leur joie de participer à ces colonies de vacances qui leur permettent de s’ouvrir sur une nouvelle culture à travers une série d’activités programmées, notamment des actions éducatives, des compétitions artistiques et sportives, des ateliers d’expression, outre des voyages d’études et d’apprentissage.


Ces colonies de vacances s’inscrivent dans le cadre des activités sociales destinées à cette catégorie de la société maqdessie, dans le cadre du plan stratégique 2014-2018 de l’Agence qui accorde une grande importance aux programmes et projets sociaux ayant un impact direct et palpable sur la population, notamment les femmes, les enfants et les personnes en situation difficile.

>> À lire aussi: