Appel à la lutte contre la discrimination en matière d’accès aux soins à Rabat

Les participants à un débat autour du droit à la santé ont appelé, samedi soir à Rabat, au renforcement de la dimension sociale au niveau de l’accès aux soins.

Lors de cette conférence inscrite dans le cadre de la septième édition de la Nuit blanche du cinéma et des droits de l’Homme, tenue sous le thème « le droit à la santé », les intervenants ont souligné l’importance de prendre en compte la dimension sociale dans l’accès à la santé et de l’intégrer dans les politiques publiques et les réformes en cours.

Ils ont appelé à lutter contre la discrimination en matière d’accès aux soins et à faciliter les procédures et démarches aux migrants, affirmant que le droit à la santé est un droit humain fondamental et universel qui doit être garanti à tous sur le même pied d’égalité et que la discrimination constitue un grand obstacle au développement.




Les conférenciers ont, aussi, attiré l’attention sur le déphasage entre le texte et la réalité en matière de santé. « Il y a un écart entre l’abondance des textes et la réalité du système de santé tel qu’il est vécu par le citoyen », ont-ils déploré.

Ils ont ainsi appelé à garantir aux citoyens l’accès aux soins équitable et de qualité, la protection sociale et la couverture sociale, puisqu’il s’agit d’un droit garanti par la constitution et les conventions internationales, tout en s’interrogeant sur la justiciabilité du droit à la santé.

Initiée par l’Association des rencontres méditerranéennes du cinéma et des droits de l’Homme (ARMCDH), cette édition, qui se déroule sur l’esplanade de la Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc (BNRM), vise à sensibiliser le public aux principales questions relatives au droit à la santé et à débattre de la responsabilité de l’Etat concernant la garantie d’un droit égal à tous les citoyens.




Abordant diverses thématiques sociales lors des éditions précédentes, à savoir « le printemps arabe (2012), « les droits des femmes » (2013), « la justice (2014), « l’immigration » (2015) et les droits de l’enfant » (2016), « le droit à l’éducation » (2017), la Nuit blanche du cinéma et des droits de l’Homme a consacré cette 7ème édition à la santé tout en permettant au public de s’engager, à travers le débat avec les réalisateurs et les experts invités et l’introduction du support culturel, notamment le cinéma, comme moyen de changement social, auprès des acteurs dans le domaine des droits de l’Homme.

>> À lire aussi: