Verdicts Hirak : la majorité gouvernementale réagit…

Les partis de la majorité ont souligné la particularité de la situation actuelle que connaît le pays et qui nécessite l’évaluation, la révision et la réconciliation afin de préserver le modèle marocain distingué.

Concernant le procès lié aux événements d’Al-Hoceima et dont le jugement en première instance a été prononcé avec des peines allant d’un an à 20 ans de prison, les six partis de la majorité gouvernementale ont souligné que les accusés dans ce « procès qui a duré neuf mois » ont devant eux « l’étape de l’appel et les autres voies de recours garanties par la loi ».




Dans un communiqué publié à l’issue de la réunion, vendredi, de l’instance de la Présidence de la coalition de la majorité gouvernementale, tenue sous la présidence du chef du gouvernement, en présence des secrétaires généraux des formations politiques qui en font partie, la Majorité a mis l’accent sur « la particularité de la situation actuelle que connait le pays et les changements qui interpellent tout le monde pour tirer les leçons et mener l’évaluation, la révision et la réconciliation, afin de préserver le modèle marocain distingué ».

Les partis politiques sont concernés par cette situation, eu égard à leur rôle politique et institutionnel en tant que « principal outil de médiation institutionnelle entre l’État et la société », affirme le communiqué.

Pour ce qui est des jugements prononcés à l’encontre des personnes arrêtées dans le cadre des événements d’Al Hoceima, la Majorité insiste sur le « respect de l’indépendance de la Justice et la garantie des conditions d’un procès juste conforme à la Constitution ». Le communiqué rappelle que le procès a duré neuf mois, pendant lesquels la défense a pu s’exprimer conformément à la loi et que « les Marocains sont égaux devant la loi et l’État de droit et des institutions concerne tout le monde, avec les droits et obligations de chacun ».




Dans le même sens, ces formations politiques soulignent qu' »il s’agit de jugements en première instance et qu’il reste encore devant les accusés l’étape de l’appel et les autres voies de recours garanties par la loi, ce qui offre aux accusés et à leurs familles l’espoir d’une révision de ces peines, comme y aspirent les partis de la Majorité ».

Concernant le programme de développement « Al Hoceima Manarat Al Motawassit », la Majorité a réitéré la position du gouvernement face aux « revendications légitimes exprimées par les habitants et sa détermination à exécuter les Instructions Royales visant à parachever ces projets dans les meilleures conditions et les délais fixés ».

Le communiqué souligne également que les départements et les institutions concernés ont pris les mesures nécessaires, ce qui a permis d’achever les travaux de nombreux chantiers et de réaliser des progrès significatifs pour le reste.

Par ailleurs, la réunion a évoqué les autres questions qui concernent les composantes de la coalition aux niveaux politique et parlementaire.

Dans ce sens, la Majorité s’est félicitée du lancement d’un nouveau round du dialogue social et exprimé le « souhait de voir ces négociations aboutir à un accord dans les plus brefs délais », en vue de mieux répondre aux attentes des fonctionnaires et employés des secteurs public et privé, de soutenir le pouvoir d’achat des catégories pauvres et vulnérables et d’accélérer la mise en œuvre des programmes de lutte contre les disparités territoriales et sociales.




Les partis de la majorité ont convenu de tenir une autre réunion pour présenter leurs propositions concernant le projet de loi de Finances 2019, de manière à élaborer un projet consacrant la justice sociale, le développement économique et répond aux aspirations des citoyens et des citoyennes.

– 2mma –

>> À lire aussi: