Afrique du Sud: attaque au couteau dans une mosquée, deux fidèles tués et plusieurs blessés

Deux fidèles ont été tués et plusieurs autres blessés lors d’une attaque au couteau dans une mosquée de Malmesbury, en Afrique du Sud, jeudi matin. La police du Cap occidental a confirmé que l’attaquant avait été abattu.

«Il y a quelques heures – vers 03h00 – alors que les gens se préparaient à prier, le suspect s’est levé et a commencé à poignarder les gens. Il priait avec eux », a déclaré le policier de Malmesbury, Henry Durant, à News24.

« Le suspect, âgé d’une trentaine d’années et armé d’un couteau, a inculpé la police qui a tenté de le persuader de se livrer », a déclaré Noloyiso Rwexana, porte-parole de la police du Cap occidental.




« Il a ignoré les appels et a essayé d’attaquer la police. Il a été abattu et tué dans le processus. Sa mort sera étudiée par l’IPID « , a déclaré le porte-parole de la police provinciale, le lieutenant-colonel Andrè Traut.

Les médias locaux ont rapporté que le suspect était somalien, mais la police ne l’a pas confirmé.

« Nous ne savons rien. Il n’y a pas d’information, il n’y a pas de motif, il n’y a rien comme ça « , a déclaré Durant.

« Il est encore trop tôt pour spéculer sur un motif possible – ou un lien avec un autre incident dans le pays », a déclaré Traut à la chaîne de télévision eNCA.

Le Conseil de la magistrature musulmane (MJC), qui représente la communauté musulmane en Afrique du Sud, a déclaré qu’il était « choqué » de l’incident, survenu à la fin du mois sacré du Ramadan.

>> À lire aussi: La Mecque: un homme se suicide en se jetant du haut de la Grande mosquée

Le MJC a exhorté la communauté à ne pas tirer de conclusions hâtives sur les motifs de l’attaquant et a déclaré que ses hauts dirigeants se rendraient dans la région pour aider la communauté.

L’attaque de jeudi survient environ un mois après une attaque contre une mosquée dans la ville de Verulam, à la périphérie de la ville portuaire de Durban. Les assaillants non identifiés ont tué un imam en lui tranchant la gorge et en ont blessé deux autres après les prières de midi.

Les assaillants de cette attaque ont également déclenché un cocktail Molotov à l’intérieur de la mosquée, se sont enfuis dans une voiture et sont toujours en liberté.




Le Maroc a également connu la violence dans les mosquées récemment. Quelques semaines avant l’attaque de Verulam, un homme a tenté de poignarder un imam à la mosquée Hassan à Rabat le 4 mai, aucun blessé n’a été enregistrée. Un incident étrangement similaire a suivi à la mosquée Al Hamd à Casablanca le 16 mai, où un adorateur a été poignardé dans l’abdomen et immédiatement emmené dans un hôpital voisin.

>> À lire aussi: (Vidéo) Suède: encore une mosquée ravagée par un incendie criminel