Le ramadan au Pérou: mois d’entraide et de solidarité entre les membres de la communauté musulmane

Le mois sacré de ramadan constitue pour la communauté musulmane du Pérou une occasion propice pour promouvoir les liens de solidarité, de communion et d’entraide entre les membres de la dispora musulmane, établie dans ce pays andin, ainsi qu’une opportunité de renouveler leur foi et multiplier les actions de bienfaisance.




Lors de ce mois béni, les membres de la communauté musulmane veillent à célébrer le quatrième pilier de l’Islam dans un climat empreint de spiritualité et de convivialité, tout en essayant de recréer l’ambiance ramadanesque de leurs pays d’origine, en dépit de l’éloignement.

Avec l’avènement du mois de ramadan, les musulmans du Pérou, dont il est aisé de connaitre leurs pays d’origine par leurs habits traditionnels, affluent, en grand nombre vers la seule mosquée de Lima, située dans le district de Magdalena del Mar, pour accomplir les prières, renouer les liens avec leurs coreligionnaires et se rapprocher de Dieu invoquant son pardon.

A l’approche de chaque prière, les fidèles, ayant la possibilité de le faire, convergent vers la mosquée pour accomplir le deuxième pilier de l’Islam, aux côtés des prières surérogatoires lors de ce mois sacré qui constitue une occasion pour les musulmans du Pérou de consolider les liens de solidarité et de fraternité entre eux.

>> A lire aussi: El Khalfi: Le refoulement par le Pérou de l’activiste du Polisario est une « décision souveraine »

Plusieurs membres de la communauté musulmane tiennent à ramener leurs enfants avec eux à la mosquée en vue de leur permettre de s’imprégner des nobles valeurs de l’Islam en ce mois béni où le Saint Coran a été révélé au Prophète.

Les repas d’iftar collectifs, organisés chaque soir dans l’enceinte de la mosquée, offrent également l’occasion aux fidèles de s’informer des habitudes et traditions pendant le ramadan dans les pays musulmans et d’échanger à propos de leurs conditions de vie et leurs problèmes dans ce pays andin.

Pour Youssef, Marocain, originaire de Ksar El Kebir, il y a une grande différence entre l’ambiance du ramadan dans les pays d’accueil et le Maroc où le mois sacré a un charme particulier grâce à l’attachement des Marocains à leurs traditions authentiques, tandis que ses compatriotes Mokhtar et Saïd essayent de trouver un cadre qui leur rappelle l’ambiance marocaine en s’attablant chaque soir, après l’accomplissement des prières des Tarawih, à la terrasse d’un café du district de Miraflores, connu pour son animation.

Pour Fahd, originaire d’Inde, en dépit de la différence des cultures et des traditions, les musulmans du Pérou ont réussi, tant bien que mal, à créer une ambiance ramadanesque, à travers l’accomplissement des prières et les repas collectifs auxquels prennent part également des non musulmans, une occasion qui leur permet de connaître de près l’Islam.

Dans une déclaration à la MAP, Zouhair Mustapha Ismail, président de l’Association islamique du Pérou, qui gère la mosquée, a indiqué que l’Association se mobilise pour accueillir les musulmans durant le mois sacré et de réunir toutes les conditions afin de permettre à la communauté musulmane d’accomplir ses devoirs religieux dans les meilleures conditions.




>> A lire aussi: SM le Roi félicite M. Martin Vizcarra à l’occasion de son investiture président du Pérou

Selon lui, l’Association, créée en 1990, organise, pendant le mois de ramadan et tout au long de l’année, une série d’activités religieuses et éducatives à l’intention de la communauté musulmane, et des nouveaux musulmans, en allusion aux Péruviens convertis à l’islam, outre la distribution de l’aide aux pauvres et démunis, qu’ils soient musulmans ou non.

Il a également fait état de l’aménagement d’un lieu de prière dans le district de San Borja, relevant de Lima, où vit un grand nombre de musulmans afin de leur permettre d’accomplir leurs prières dans les meilleures conditions.

Il a par ailleurs précisé qu’un grand nombre des membres de l’association sont des convertis désireux de connaître les préceptes de l’Islam et d’apprendre la langue arabe.

-Abdellah KITTOU-