Le gouvernement déterminé à traiter définitivement le dossier des enfants abandonnés

S’exprimant à l’occasion de l’ouverture de la réunion hebdomadaire du gouvernement, il a ajouté que l’initiative royale au cours de ce mois sacré de Ramadan visant à mettre en place un hôpital de campagne pour faciliter l’accès aux Palestiniens à Gaza ainsi que l’envoi d’aides aux habitants de Jérusalem est une grande initiative. Par ailleurs, El Othmani a également bifurqué sur la question des enfants abandonnés précisant que l’Exécutif est déterminé à traiter définitivement ce dossier.

«Nous voulons que ces enfants puissent jouir de leur plein droit et de protéger leur dignité», a-t-il dit. Le chef de gouvernement a dans ce sens salué les efforts réalisés par un certain nombre de départements gouvernementaux, liés au dossier des enfants abandonnés, notamment le ministère d’Etat chargé des droits de l’Homme, le ministère de l’intérieur, le ministère de la justice ainsi que le ministère de la famille, de la solidarité, de l’égalité et du développement social.

Plus de 23.000 personnes ont été inscrites dans le cadre de la campagne nationale pour l’inscription des enfants non inscrits sur les registres de l’Etat civil, a indiqué, le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi.

Le nombre de personnes non inscrites a atteint 83.682, dont 23.151 ont été inscrites, soit 28%, a précisé M. El Khalfi lors d’un point de presse tenu à l’issue du Conseil de gouvernement, ajoutant que 39.481 dossiers sont en cours de traitement devant la justice et que le nombre de jugements déclaratifs sur ce sujet a atteint 16.808.

>> À lire aussi: (Vidéo) Reportage TV5MONDE: « Au nom du père » les enfants nés hors mariage au Maroc

Le ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme a présenté devant le Conseil de gouvernement un rapport sur le bilan de la campagne nationale d’inscription des enfants non inscrits sur les registres de l’Etat civil, a-t-il souligné, notant qu’après avoir soulevé cette question l’année dernière, le Chef du gouvernement avait publié une circulaire en date du 4 septembre 2017 annonçant le lancement de cette campagne.

Il a été procédé ensuite à la création d’une commission interministérielle composée de plusieurs départements gouvernementaux, à la mise en place de commissions régionales et provinciales et d’unités mobiles, ainsi qu’à l’organisation de campagnes de communication et de sensibilisation, dans lesquelles les mosquées ont joué un rôle prépondérant, a fait savoir M. El Khalfi, relevant la mobilisation de 1.941 unités durant cette campagne, qui a connu la participation de 2.110 bureaux d’Etat civil.

La non consignation du mariage des parents, l’expiration du délai de déclaration de naissance ou la négligence découlant de l’ignorance de la loi par les parents sont souvent les principales causes de la non-inscription sur le registre d’état civil, a expliqué le ministre, mettant en exergue la contribution de la société civile en matière de sensibilisation et de découverte de nombreux cas.

Le ministre a fait savoir que la Commission ministérielle chargée du dossier s’attèle au lancement de la 2ème campagne de sensibilisation dont le coup d’envoi sera donné au cours du mois de juin, en vue de parvenir à une plus large adhésion des catégories ciblées, ajoutant que le gouvernement a décidé d’organiser une campagne annuelle sur ce sujet.

Par ailleurs, M. El Khalfi a rapporté que le Chef du gouvernement a affirmé, au début de la réunion du Conseil de gouvernement, que le gouvernement est déterminé à liquider définitivement le dossier d’inscription des enfants abandonnés et privés de leurs droits « car nous souhaitons accorder à ces enfants leurs droits complets et garantir leur dignité entière ».

Le chef du gouvernement s’est ainsi félicité du travail accompli par de nombreux départements gouvernementaux dans ce domaine, notamment le ministère d’Etat chargé des Droits de l’Homme, le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Justice, ainsi que le ministère de la Famille, de la Solidarité, de l’Egalité et du Développement social.

>> À lire aussi: Plus d’un enfant sur deux menacé par la guerre, la pauvreté ou les discriminations