La Palestine appelle la CPI à ouvrir une enquête sur des crimes de guerre israéliens

Le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Maliki a appelé mardi la Cour pénale internationale (CPI) à « ouvrir immédiatement une enquête » sur des crimes de guerre et d’apartheid israéliens contre le peuple Palestinien et salué l’initiative du Conseil des droits de l’homme de l’ONU qui a voté la création d’une commission d’enquête.

Riyad al-Maliki s’est entretenu durant une heure avec la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, au siège de la cour à La Haye. Il s’agit d’une « étape importante et historique vers la justice pour le peuple palestinien qui continue de souffrir de crimes généralisés et systématiques », a-t-il déclaré aux journalistes à l’issue de cet entretien.

A la demande des Palestiniens après le massacre de Gaza à l’été 2014, la CPI a lancé en 2015 une enquête préliminaire sur des accusations de crimes de guerre en Palestine et dans les territoires occupés. Mais elle doit encore décider l’ouverture d’une enquête en bonne et due forme sur des crimes de guerre.

« Cette étape vise à obtenir justice en recherchant les responsabilités », a déclaré M. Maliki. Selon lui, « les responsables de ces crimes, cités dans la demande, doivent rendre des comptes pour leurs actions sans délai supplémentaire ».

Selon M. Maliki, l’initiative palestinienne intervient « en raison de l’intensité, du rythme et de la sévérité des crimes contre notre peuple » y compris la prise pour cible de « manifestants non armés dans la bande de Gaza ».

>> A lire aussi: L’ONU vote l’envoi d’une mission d’enquête internationale à Gaza

Le 14 mai, alors que les Etats-Unis inauguraient leur ambassade à Jérusalem, 62 Palestiniens ont été tués durant des manifestations dans la bande de Gaza par les tirs de soldats israéliens postés à la barrière séparant Israël de l’enclave palestinienne sous blocus.
 La demande palestinienne met en avant la question des colonies israéliennes, qualifiée de « menace la plus dangereuse envers la vie et les ressources des Palestiniens », selon un communiqué palestinien.

« Israël maintient, étend et protège le régime des colonies en commettant des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et le crime d’apartheid envers le peuple palestinien ».

L’Autorité palestinienne a adhéré en 2015 à la CPI dont Israël n’est pas membre.

Israël a déclaré mardi « considérer avec sévérité » la démarche palestinienne qu’il a qualifiée de « cynique et sans validité juridique ».

« La CPI n’a pas autorité sur la question israélo-palestinienne puisqu’Israël n’est pas membre de la cour et puisque l’Autorité palestinienne n’est pas un Etat », selon un communiqué israélien.

Human Rights Watch a de son côté appelé la CPI à l’ouverture d’une enquête. « Les récentes tueries à Gaza soulignent l’importance pour le procureur de la CPI d’agir afin de répondre au sentiment d’impunité en Palestine », estime Richard Dicker, directeur du programme justice internationale chez HRW.

Mme Bensouda a affirmé la semaine dernière qu’elle suivait de près les violences à Gaza et a promis de « prendre toute mesure appropriée », rappelant que la situation dans les territoires palestiniens était « sous le coup d’une enquête préliminaire menée par mes services ».

« Mon équipe suit attentivement les développements sur place et examine tout crime présumé qui pourrait être du ressort » de la CPI, a-t-elle declaré à l’AFP. « La violence doit cesser », a-t-elle ajouté.

>> A lire aussi: L’Égypte ouvre sa frontière exceptionnellement avec Gaza pour le mois du Ramadan