L’Iran dénonce les sanctions américaines et des pays du Golfe contre le Hezbollah

L’Iran a dénoncé jeudi les sanctions des Etats-Unis et de six pays du Golfe contre les dirigeants du Hezbollah libanais pour soutien au terrorisme.

« Des tireurs d’élite israéliens tirent en une seule journée sur 2000 manifestants palestiniens non armés. La réponse saoudienne, à la veille de #Ramadan, est de collaborer avec son patron américain pour sanctionner la première force ayant libéré un territoire arabe et briser le mythe de l’invincibilité israélienne. Honte à la honte », a tweeté le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif en référence au Hezbollah.

Les Etats-Unis et six pays du Golfe réunis au sein du Centre contre le financement du terrorisme (TFTC) ont annoncé mercredi des sanctions contre les dirigeants du Hezbollah libanais, dont son chef Hassan Nasrallah, pour soutien au terrorisme.

Ces sanctions visent en particulier les membres du conseil de la choura, l’organe décisionnaire du mouvement chiite libanais créé en 1982, ainsi que des sociétés accusées de le financer.

Fidèle allié de l’Iran et ennemi juré d’Israël, le Hezbollah est le principal mouvement armé libanais et un poids lourd politique qui a remporté, avec des partis alliés, les dernières élections législatives au Liban le 6 mai.

>> A lire aussi : L’Iran et les Etats-Unis tentent d’influer en Irak après la victoire de Moqtada Sadr

Il combat en Syrie aux côtés du régime de Bachar al-Assad et a formé les milices populaires chiites irakiennes qui ont participé à la reconquête des territoires contrôlés par le groupe Etat islamique (EI).

Les Etats-Unis ont placé le Hezbollah sur leur liste d’organisation « terroriste » et lui impose, ainsi qu’à ses cadres, des sanctions économiques et bancaires.

Depuis 2013, l’Union européenne considère aussi la branche armée du mouvement comme une organisation « terroriste ».

En 2016, les six monarchies pétrolières sunnites du Conseil de coopération du Golfe (Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Qatar et Oman) et la Ligue arabe ont également classé le Hezbollah chiite comme « terroriste ».

>> A lire aussi : Premières élections au Liban en neuf ans, le Hezbollah en quête d’une majorité