Rejet catégorique par le PI de l’ingérence de l’Iran et du Hezbollah dans les affaires intérieures du Maroc

Le parti de l’Istiqlal (PI) a fait part de son rejet catégorique de l’ingérence de l’Iran et du Hezbollah dans les affaires intérieures du Maroc, suite à la décision du Royaume de rompre ses relations diplomatiques avec Téhéran.

Le soutien militaire et technique apporté par l’Iran au polisario constitue un acte hostile à l’intégrité territoriale du Maroc, affirme le Comité exécutif du Parti dans un communiqué publié suite à sa réunion consacrée, mercredi, aux derniers développements de la question de l’intégrité territoriale, au dialogue social et à l’action organisationnelle.

Le Parti s’est également dit satisfait de la dernière résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, qui a opté pour la raison, le réalisme et la stabilité régionale et interagi positivement avec les paramètres des négociations et les initiatives sérieuses et démarches mesurées entreprises par le Royaume face aux provocations du polisario et ses incursions en terre marocaine.

Il a souligné que l’intensification des efforts et la mobilisation générale derrière SM le Roi pour la défense de la cause juste des provinces du sud du Royaume, rend la voix du Maroc puissante, audible et influente dans les forums onusiens et internationaux, affirmant que la proposition d’autonomie sous la souveraineté du Royaume constitue un cadre réaliste pour les négociations et la poursuite du processus de règlement de ce conflit artificiel. La formation politique appelle, à ce propos, les différents acteurs politiques et associatifs et les forces vives à poursuivre la mobilisation générale pour la défense de l’intégrité territoriale et à accélérer la création du front politique pour unifier les efforts et les initiatives préconisées par la Déclaration de Laâyoune, en termes de consolidation de la diplomatie parallèle.

>> A lire aussi: La rupture des relations diplomatiques avec l’Iran, une décision souveraine qui intervient dans un cadre purement bilatéral et sur la base de preuves concrètes

Par ailleurs, le Comité exécutif a suivi un exposé du secrétaire général de l’Union générale des travailleurs au Maroc (UGTM), Niëm Myara sur la célébration du 1-er Mai et l’issue du dialogue social. A ce propos, M. Mayara a noté « avec regret que la proposition gouvernementale est maigre et ne répond pas aux revendications justes des fonctionnaires et salariés », sous une situation sociale difficile marquée par un coût de la vie élevé et un pouvoir d’achat des citoyens en baisse. Saluant la participation des militants de l’UGTM aux marches du 1-er mai dans les différentes provinces, le Comité exécutif a appelé le gouvernement à faire preuve de davantage de volonté et de volontarisme pour mener à bien ce round du dialogue avec les partenaires sociaux et économiques, afin d’aboutir à des conventions contraignantes prenant en considération les besoins et attentes de la classe ouvrière et des acteurs, dans la perspective du rétablissement de la régularité et de l’institutionnalisation de ce mécanisme incontournable pour la mise en place de la nouvelle charte sociale à laquelle tout le monde aspire. Au niveau organisationnel, la même source souligne que le 44-ème anniversaire du décès d’Allal El Fassi sera commémoré le 13 mai à Rabat, sous le thème « La pensée unioniste d’Allal El Fassi ».