« Okad »: la rupture par le Maroc de ses relations avec l’Iran a accentué l’isolement de Téhéran

La décision du Maroc de rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran a accentué l’isolement de Téhéran, écrit le journal saoudien « Okad ».

Dans son édito de vendredi, la publication relève que « Téhéran est dans le pétrin à l’intérieur comme à l’extérieur en raison de ses politiques intérieures oppressives, de l’absence d’une justice sociale, de la propagation de la corruption et de sa conduite hostile qui a dépassé les frontières de la région pour s’étendre à des milliers de kilomètres, comme c’est le cas dans l’affaire du polisario qui a poussé le Maroc à rompre ses relations avec l’Iran, accentuant ainsi son isolement à l’échelle internationale ».

Tout ça, décortique le journal, est le résultat du « pouvoir absolu exercé par +wilayat al faqih+ qui mobilise les Gardiens de la révolution pour exécuter ses agendas expansionnistes mus par des idéologies dogmatiques qui ne reconnaissent ni le système politique international ni ses législations et constantes ».

>> A lire aussi : M. Lygeros: la livraison d’armes au polisario à la base de la rupture des relations du Maroc avec l’Iran

« Les politiques iraniennes confuses font litière des coutumes et valeurs diplomatiques et ne respectent aucun des accords internationaux, comme en témoignent sa longue histoire reconnue en la matière et ses actes subversifs et terroristes dans la région », ajoute le quotidien.

Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita avait annoncé, mardi, que le Royaume du Maroc a décidé de rompre ses relations avec l’Iran à cause du soutien militaire de son allié le mouvement Hezbollah au « polisario ».