La mise en œuvre du PANDDH émane de son rôle de « premier plan » dans la promotion des droits de l’Homme

Le ministre d’État chargé des Droits de l’Homme, Mustapha Ramid, a justifié le choix de la société civile pour lancer des consultations sur la mise en œuvre du plan d’action national en matière de démocratie et de droits de l’homme (PANDDH) par le rôle « de premier plan » que jouent les Ongs dans la promotion des droits de l’Homme et la construction démocratique.

Le ministre d’État est intervenu lors d’une rencontre de communication avec les acteurs de la société civile consacré au projet d’élaboration d’une conception préliminaire concernant le suivi et la mise en oeuvre du PANDDH.

M. Ramid a souligné que l’actualisation du plan nécessite une interaction positive avec les remarques « pertinentes » des organisations de la société civile, rappelant que ce chantier national stratégique a été présenté au sein des universités pour l’expliquer à l’élite scientifique.

>> A lire aussi: M. Bourita: la décision de rompre les relations avec l’Iran est prise pour des considérations purement bilatérales et n’a aucun lien avec les