« Moumk’in »: Signature de la charte de mobilisation nationale pour l’autonomisation des jeunes

Le pacte du lancement de la Charte de mobilisation nationale pour l’autonomisation des jeunes, « Moumk’in », qui s’inscrit dans le cadre du plan national de promotion de l’emploi, a été signé, vendredi à Rabat, en présence du Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani.

Ce document a été signé, d’une part, par l’Etat, représenté par les ministères de l’Intérieur, de l’Economie et des finances, de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, du Travail et de l’insertion professionnelle et, d’autre part, par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et l’Association des conseils de régions.

A travers une batterie de dispositifs, « Moumk’in » vise à obtenir un impact significatif sur la création d’emplois à court et moyen termes, ainsi qu’à mobiliser les forces vives du pays, y compris les jeunes et ce afin de créer une dynamique sociétale en vue d’impulser des changements de mentalités et de comportements chez les différentes composantes de la société, toutes générations confondues.

En outre, « Moumk’in » a trois vocations, à savoir la mise à disposition des chercheurs d’emplois d’outils leur permettant d’acquérir les compétences requises et les attitudes professionnelles facilitant leur insertion dans le monde du travail, la responsabilisation des jeunes qui font leur entrée sur le marché de l’emploi quant à l’importance de la construction d’un projet professionnel avec sérieux et persévérance ainsi que la création d’une dynamique sociétale de solidarité pour que chaque citoyen apporte sa contribution, en fonction de son expérience et son savoir-faire, à l’intégration professionnelle des jeunes.

Ce projet a également pour objectif au cours de la période 2017-2021 d’œuvrer pour concrétiser le potentiel de création d’emplois identifié à 1.200.000 opportunités dans le cadre des stratégies et plans sectoriels, d’améliorer l’employabilité des jeunes ainsi que l’adéquation de leurs compétences, aptitudes et comportements aux besoins et exigences du marché du travail à travers des formations de courte durée et de différentes natures dispensées au profit d’un million de chercheurs d’emploi.

‘Moumk’in’ vise également à soutenir par des mesures incitatives l’emploi salarié au profit de plus de 500.000 chercheurs d’emploi, à accompagner la création de 20.000 projets entrepreneuriaux (startups, TPME, coopératives, autoentrepreneurs) et à maintenir un taux d’activité à plus de 46%.

>> A lire aussi: Meknès: signature d’un Accord-cadre sur l’élevage laitier durable à Tadla-Azilal

De même, ce projet aspire à mettre en place des outils et dispositifs à destination des chercheurs d’emplois, mais aussi à créer un changement de mentalités et de comportements dans la société, pour pouvoir relever le défi de l’emploi, auquel fait face de nombreux pays du monde en ce début du XXIe siècle.

Plusieurs mesures seront mises en place, durant les cinq années de la législature actuelle, dans le cadre de « Moumk’in », afin d’appuyer la création d’emplois, à travers notamment les subventions et exonérations accordées aux investisseurs, au nombre effectif d’emplois créés, dans le cadre de la Charte d’investissement, la priorisation des investissements publics en fonction de leur impact sur la création de l’emploi, le soutien des plans stratégies sectoriels et le renforcement des dispositifs et mécanismes d’observation du marché du travail et d’anticipation de ses besoins en compétences.

Il sera également procédé à l’ouverture d’appels d’offres au profit des coopératives et aux bons de commande en direction des autoentrepreneurs après l’aménagement des procédures en vigueur ainsi qu’au déploiement des modules de sensibilisation à l’entreprenariat et au développement d’aptitudes et de comportements recherchés sur le marché du travail.

>> A lire aussi: M. Talbi Alami insiste sur l’intérêt à accorder aux préoccupations des jeunes en tant que « source de richesse et de réforme »

S’agissant de l’intensification des programmes actifs d’emploi, le dispositif incitatif à l’emploi salarié « Tahfiz » a été étendu, en janvier 2018, de 5 jusqu’à 10 salariés, pour les entreprises, associations et coopératives pour la période allant jusqu’à 2022.