La mécanisation, un gage de compétitivité de la filière sucrière

La filière sucrière marocaine, qui joue un rôle important dans l’économie nationale, opte de plus en plus pour la mécanisation dans les différentes phases (culture, semis, plantation et récolte).

Favorisant l’émergence de pôles de développement régionaux, cette filière s’est inscrite dans une tendance de modernisation dans l’objectif d’augmenter la production et la qualité afin de répondre aux exigences des consommateurs. Ainsi, plusieurs aspects témoignent de ce développement, notamment le binage mécanique qui est passé de 32% en 2008 (année de lancement de la stratégie Plan Maroc Vert) à 71% en 2017.

En outre, le semis et la récolte au titre de la campagne sucrière 2016-2017 ont été mécanisés à hauteur de 100% et 50%, respectivement, selon les chiffres de Cosumar.

Forte de ses potentiels, la filière sucrière, qui contribue à la sécurité alimentaire par l’assurance de la couverture des besoins nationaux en sucre, la création d’emplois et l’amélioration des conditions de vie de 80.000 familles d’agriculteurs de betterave à sucre et de canne à sucre, dispose actuellement d’une capacité globale de production de 1,65 million de tonnes de sucre blanc par an, dépassant les besoins du marché local évalués à 1,2 million de tonnes.

>> A lire aussi: Le sucre: une drogue dure pour tous

Cet excédent de capacité permet de satisfaire en priorité les besoins du marché national et de prospecter de nouveaux marchés à l’export. La filière sucrière est organisée au sein de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (COMADER), dans le cadre de la Fédération interprofessionnelle marocaine du sucre (FIMASUCRE) qui regroupe l’Union nationale des associations des producteurs des plantes sucrières du Maroc et l’Association professionnelle sucrière.

La production de sucre au Maroc se fait à travers la transformation de la betterave à sucre et de canne à sucre cultivées dans 5 régions du Royaume (Doukkala, Tadla, Gharb, Loukkos et Moulouya). En plus de la production à partir des plantes sucrières locales, le sucre est produit également à partir du raffinage du sucre brut importé au niveau de la raffinerie de Casablanca.