Gaza: trois Palestiniens tués par des tirs israéliens

Trois Palestiniens ont été tués par des tirs de soldats israéliens dans la bande de Gaza lors du cinquième vendredi consécutif de protestation le long de la frontière avec la Palestine occupée.

Le décès de ces trois hommes porte à 44 le nombre de Palestiniens tués depuis le début, le 30 mars, d’un mouvement de contestation massive appelé « la grande marche du retour ».

Abdoul Salam al-Bakr, 29 ans, a été tué à l’est de Khan Younès, dans le sud de l’enclave. Deux autres hommes, dont l’identité n’a pas été communiquée dans un premier temps, ont péri dans l’est du territoire coincé entre la Palestine occupée, l’Egypte et la Méditerranée.

Par ailleurs, 154 personnes ont été hospitalisées après avoir été atteintes par balles ou avoir inhalé des gaz lacrymogènes, a annoncé le ministère de la Santé.

La « marche du retour » a de nouveau mobilisé des milliers de Palestiniens vendredi, en cinq points différents le long de la frontière, ont constaté des journalistes de l’AFP.

La « marche » revendique le droit des Palestiniens de retourner sur les terres dont ils ont été chassés ou qu’ils ont fuies en 1948. La mobilisation, qui doit culminer mi-mai, dénonce aussi le blocus imposé par l’occupant à Gaza pour contenir le Hamas, qui dirige sans partage l’enclave palestinienne.

La plupart des Palestiniens se tiennent à distance de la barrière lourdement gardée par les soldats israéliens. Mais des groupes défient le danger en s’approchant pour lancer des pierres ou des engins incendiaires sur les soldats ou tenter de forcer la ligne de barbelés déroulée par l’armée israélienne en avant de la barrière.

>> A lire aussi: Gaza: décès d’un journaliste blessé par l’armée israélienne

Les soldats israéliens ripostent par des moyens anti-émeutes ou tirent à balles réelles sur les manifestants.

L’armée israélienne est en butte aux accusations d’usage excessif de la force et à des demandes d’enquête indépendante réclamée par l’ONU ou l’Union européenne.

Elle dit ne tirer que si c’est nécessaire, pour protéger la barrière de sécurité, les soldats et la population israélienne. Elle accuse le Hamas de se servir des civils comme « boucliers humains » et d’être responsable des morts. Pendant ce temps le massacre continue.