Le Maroc jouera un rôle déterminant dans le prolongement de « la Route de la soie maritime » vers les pays africains

Le directeur de l’Institut chinois des études des pays arabes, Li Shao Xian, a de son côté, présenté les avantages de « l’initiative de la Ceinture et la Route » pour tous les pays concernés, faisant savoir que la valeur des investissements chinois en Afrique a dépassé les 20 milliards de dollars.

Dans ce contexte, il a relevé que la Chine accorde une grande importance au renforcement de ses relations avec l’Afrique, un continent doté de potentialités différentes des autres continents.

Cet expert des questions du Proche-Orient a fait remarquer que la Chine a joué un grand rôle dans la croissance mondiale et dans la modernisation de l’industrie au Moyen-Orient et en Afrique, estimant que les relations sino-africaines sont promises à un bel avenir.

Le président de l’université Hassan Ier, Pr. Ahmed Nejmeddine, a pour sa part, noté que le Maroc et la Chine sont engagés dans la promotion des relations de coopération Sud-Sud et l’instauration de relations gagnant-gagnant.

Et de faire savoir que l’Institut conjoint de l’Université du Ningxia et l’Université Hassan Ier de Settat, nouvellement lancé focalisera ses études sur la Nouvelle Route de la soie, dans le but de servir le commerce et la coopération sino-marocaine, et de renforcer la coopération dans l’enseignement supérieur entre les deux pays.

Cette rencontre a été marquée par une conférence inaugurale de l’historiographe du Royaume, M. Abdelhak Lamrini, portant sur le rôle du périple d’Ibn Battuta en Chine dans le renforcement des relations historiques entre les deux pays.

Cet explorateur et aventurier marocain a été « un véritable ambassadeur » qui a enregistré minutieusement les traditions et la civilisation chinoise dans le plus grand récit de voyage de l’histoire de l’humanité, a relevé M. Abdelhak Lamrini, estimant que le récit de voyage d’Ibn Battuta a aidé à la fois les Arabes et les Occidentaux à mieux connaitre la civilisation chinoise.

Organisée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette rencontre connait la participation d’académiciens, de décideurs politiques et opérateurs économiques du Maroc et de la Chine, qui débattront durant deux jours, selon une approche analytique, de plusieurs thématiques portant notamment sur « l’initiative de la ceinture et de la route » et « l’initiative de la ceinture et de la route et la coopération économique sectorielle sino-marocaine ».

>> A lire aussi: Maroc-Chine: renforcement de la coopération dans les domaines de la pêche et de l’aquaculture

Les participants débattent aussi d’axes relatifs à « l’initiative de la ceinture et de la route et la coopération sino-marocaine, quelle place au capital immatériel ? », « l’initiative de la ceinture et de la route et la coopération académique » et « l’initiative de la ceinture et de la route et le rôle du Maroc dans le partenariat sino-africain ».

Pour rappel, le Maroc et la Chine avaient signé à Pékin, un mémorandum d’entente sur l’initiative chinoise « La Ceinture et la Route » visant à relancer l’ancienne Route de la Soie, terrestre et maritime, à travers la création d’un réseau commercial et d’infrastructures reliant l’Asie à l’Europe et l’Afrique.

Ledit mémorandum porte sur l’adhésion du Maroc à l’initiative chinoise en vue de permettre au Royaume d’établir des partenariats multipartites dans des secteurs prometteurs et ayant une valeur ajoutée, tels que les infrastructures, les industries avancées et la technologie, outre le renforcement du rôle du Maroc dans la réalisation de la croissance en Afrique, eu égard à son positionnement géographique et à l’importance des infrastructures dont il dispose (aéroports, routes, ports), lesquels habilitent le Maroc à jouer un rôle important en matière d’ouverture sur l’Afrique.

Le Royaume est le premier pays africain à adhérer à l’initiative « La Ceinture et la Route », lancée en 2013 par le Président chinois, Xi Jinping, prévoyant d’allouer des budgets colossaux à des investissements dans le domaine des infrastructures tout au long de l’ancienne Route de la Soie.