Meknès: signature d’un Accord-cadre sur l’élevage laitier durable à Tadla-Azilal

Un accord-cadre de coopération relative au projet pilote d’élevage laitier durable à Tadla-Azilal a été signé, mardi à Meknès, par l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas au Maroc et la Fondation Crédit Agricole du Maroc pour le Développement Durable (FCAMDD), en marge du 13è Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM). 

Visant à accompagner les exploitations laitières clientes du Groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM) dans la conduite durable de leur activité d’élevage, ce projet pilote s’inscrit dans les enjeux portés par la filière bovine qui occupe une place de choix dans le secteur agricole et le Plan Maroc Vert (PMV).

Ces enjeux ont été actés dans le cadre d’un contrat-programme avec l’Etat sur l’augmentation de la productivité en vue d’atteindre 4,5 milliards litres de lait en 2020, soit une croissance annuelle de 15%.

Ledit projet pilote devra combiner assistance technique et accompagnement financier, afin d’identifier les mesures et les équipements développés et éprouvés aux Pays-Bas, les adapter au contexte des éleveurs marocains et les proposer aux exploitations laitières participantes au projet.

La finalité est de démontrer qu’il est possible de réduire l’empreinte environnementale de l’élevage laitier tout en améliorant la productivité et ainsi la rentabilité des exploitations, les revenus des éleveurs et le confort des animaux.

Réputés à travers le monde pour la productivité et la compétitivité de leur filière laitière, les Pays-Bas ont entrepris d’importants efforts pour réduire l’empreinte environnementale de ce secteur, notamment à travers « l’initiative chaine de production laitière durable ». 

En établissant des objectifs clairs en relation avec le climat et l’énergie, le bien-être des animaux, le pâturage et la biodiversité, cette initiative portée par des organisations professionnelles néerlandaises, place la filière laitière néerlandaise parmi les leaders mondiaux en termes de durabilité.

De son côté, le GCAM qui accompagne cette dynamique de conduite durable des activités d’élevage en finançant une partie des investissements, ambitionne à travers sa Fondation pour le développement durable, de démontrer qu’il est possible de mettre en place des exploitations laitières à haut rendement tout en préservant les ressources et l’environnement.

>> A lire aussi: SIAM 2018: un Salon continental ouvert sur le monde

Après un fructueux et stratégique partenariat entre le GCAM et l’Ambassade des Pays-Bas, notamment dans l’accompagnement de l’élevage bovin laitier à travers le projet pilote de renforcement des capacités techniques de coopératives laitières dans la région de Doukkala, les deux parties poursuivent leur coopération en faveur de l’élevage bovin laitier marocain en promouvant notamment sa conduite durable à l’appui de l’exemple néerlandais.

La 13ème édition du SIAM (24-29 avril) connait la participation de 1.400 exposants en provenance de 70 pays. Cette manifestation de grande envergure a choisi cette année la thématique « La logistique et les marchés agricoles », un sujet qui est au cœur des enjeux de l’agriculture durable et résiliente. Cette thématique illustre la dimension internationale du SIAM et l’évolution de la stratégie du Plan Maroc Vert aujourd’hui axée sur la commercialisation de la production agricole et les débouchés tant nationaux qu’internationaux.