Laâyoune: session régionale du Parlement de l’enfant

La ville de Laâyoune a abrité samedi une session régionale du Parlement de l’Enfant, avec la participation de nombre d’enfants, parlementaires, élèves, d’établissements d’enseignement des régions de Laâyoune-Boujdour-Sakia Al Hamra, Guelmim-Smara, Oued Ed.

Les participants à cette session, marquée par la tenue d’ateliers, se sont penchés sur une série de questions, dont l’examen du programme d’action élaboré en coordination avec les enfants parlementaires membres du comité d’arbitrage et de mise en œuvre.

Les thèmes de ce programme concernent la réflexion sur les moyens à même de promouvoir la solidarité avec les enfants victimes des catastrophes naturelles, la contribution du Parlement de l’Enfant à la lutte contre la violence, la participation à l’élaboration du programme de charte de l’école, la réflexion sur l’extension des compétences du Parlement de l’Enfant, outre les préparatifs pour la prochaine session nationale de cette instance.

Lors de cette rencontre, tenue en présence du directeur exécutif de l’Observatoire national des Droits de l’Enfant (ONDE), M. Saïd Raji, et du conseiller juridique de l’ONDE, M. Ahmed Chaouki Benyoub, les participants ont formulé une série d’idées et de propositions qui seront soumises à la prochaine session nationale du Parlement de l’Enfant.

Les enfants parlementaires ont invité, en particulier, dans le cadre de la solidarité avec les enfants victimes des catastrophes naturelles, à l’adoption par l’Etat d’une politique fondée sur la protection, la prévention, outre la prévision des dangers à tirer profit des expériences internationales en la matière.

Ils ont aussi souligné la nécessité de promouvoir un contrôle juridique sévère en matière d’autorisations et licences de construction, invitant à la prise en charge des enfants et à leur accorder la priorité lors des opérations de secours et d’assistance, outre l’ouverture d’un compte spécial de solidarité avec les enfants sinistrés.

Ils ont également mis l’accent sur la nécessité de soumettre les établissements d’enseignement à l’expertise technique afin de garantir la sécurité des élèves, de sensibiliser l’école sur la prise de conscience sur les dangers dans ce domaine, notamment dans les régions menacées et à risque et de donner la parole aux enfants à l’occasion des couvertures médiatiques audio-visuelles.

Lors de cette session, marquée par la lecture de la Fatiha pour le repos de l’âme des victimes du séisme d’El Hoceïma, les enfants parlementaires ont proposé la mise en œuvre d’une politique médiatique sensibilisant aux les dangers des catastrophes naturelles et à l’organisation de manifestations de solidarité, dont les revenus seront remis aux enfants victimes.

Concernant la lutte contre la violence, les mauvais traitements et l’exploitation, les participants ont souligné le phénomène du travail des enfants mineurs, dans des conditions difficiles, dans certains secteurs d’activités , dont l’artisanat, moyennant des traitements dérisoires et invité à la mise en œuvre d’une charte ou loi régissant les rapports entre employés et employeurs avec des sanctions sévères contre les auteurs de cette exploitation, outre l’élargissement des domaines de sensibilisation à travers l’école et les moyens d’information.

Ils ont, par ailleurs, appelé à la dynamisation du rôle des médias, à la restructuration des programmes scolaires pour lutter contre l’exploitation intellectuelle des enfants et leur protection contre toute forme d’exploitation pédagogique, culturelle et récréative préjudiciable à leur culture, à la consolidation de la culture de la paix, de l’esprit de tolérance et de patriotisme anisi qu’à la promotion du rôle de la famille, en privilégiant la culture de la paix et en rejetant la violence.

>> A lire aussi: Nador: étrange disparition d’une dame et ses deux enfants

Concernant le thème de l’exploitation sexuelle, les participants ont sollicité l’ONDE pour la création de centres d’écoute au niveau de la région et des unités spécialisées pour la réinsertion des victimes et appelé à des sanctions d’emprisonnement sévères à l’encontre des auteurs de ces actes, à la révision de la loi pénale dans ce domaine et à la consolidation des principes et valeurs nobles afin de se prémunir contre un tel phénomène.

A propos de la charte de l’école, les enfants parlementaires ont souligné l’impératif d’activer la création de la charte de droits et obligations dans le milieu éducatif, et ce, en vue d’organiser les rapports entre l’élève, l’éducateur, l’administration et l’école, voire avec l’ensemble des parties concernées.

Ils ont, d’autre part, mis l’accent sur l’importance d’étendre les mécanismes et compétences du Parlement de l’Enfant et présenté une série de propositions dans ce sens afin de promouvoir le niveau escompté de cette institution.

%d blogueurs aiment cette page :