Casablanca: le cas de l’enfant A.K ne nécessite pas une IRM urgente

La direction de l’hôpital d’enfants à Casablanca a indiqué que l’enfant A.K souffre d’une infirmité cérébrale depuis sa naissance et que l’Imagerie par résonance magnétique (IRM) ne revêt pas un caractère urgent dans son cas.

Selon un communiqué du ministère de la Santé, publié suite aux informations relayées par certains médias électroniques concernant un rendez-vous pour IRM fixé au 2 octobre 2019, l’enfant âgé de 4 ans et bénéficiant de la carte Ramed a été admis au service diagnostic de l’hôpital provincial Moulay El Hassan à Nouaceur, le 18 avril, où le pédiatre a diagnostiqué une hémiplégie partielle due à une dystocie.

Le médecin spécialiste a décidé, alors, de rediriger le patient vers l’hôpital d’enfants Abderrahim Harouchi, relevant du Centre hospitalier universitaire (CHU) Ibn Rochd à Casablanca, pour examens complémentaires et suivi.

De son côté, la direction de l’hôpital d’enfants Abderrahim Harouchi a affirmé qu’une demande lui a été adressée par l’hôpital relevant de la délégation de Nouaceur pour diagnostiquer le cas de l’enfant A.K par IRM, ajoutant que selon les données cliniques contenues dans la fiche de référence, l’enfant souffre d’une infirmité motrice d’origine cérébrale depuis sa naissance.

La direction de l’hôpital a expliqué que dans ce cas, l’IRM ne présente aucun caractère urgent, ajoutant que ce procédé nécessitant une anesthésie qui ne peut être supportée par cet enfant dans son état actuel, il est nécessaire d’attendre qu’il atteigne l’âge qui lui permet d’effectuer l’examen dans des conditions sûres.

>> A lire aussi: Taza: 87 élèves de primaire admis à l’hôpital

Pour les cas nécessitant une IRM urgente, le rendez-vous est programmé selon la nécessité médicale, sans discrimination entre la carte Ramed ou autres types de couvertures médicales, a précisé la même source, notant que le CHU Ibn Rochd dispose de deux appareils IRM pour répondre aux demandes croissantes des habitants de Casablanca-Settat.

En réponse à la demande croissante pour ce type d’examens, l’hôpital d’enfants Abderrahim Harouchi a été équipé d’un troisième appareil IRM afin de réduire les délais et permettre aux patients de bénéficier des tests requis.