Le ministre de la Santé présente les axes du Projet du Plan de Santé à l’horizon 2025

La vision du Plan de santé à l’horizon 2025, animé par des programmes efficaces et appuyé par une bonne gouvernance, ambitionne de consacrer un système sanitaire cohérent prônant une offre organisée, de qualité et à la portée de l’ensemble des citoyens, a indiqué, jeudi à Rabat, le ministre de la Santé, Anass Doukkali.

Dans un exposé sur les principaux axes du Projet du Plan de Santé à l’horizon 2025, présenté lors du Conseil de gouvernement réuni jeudi à Rabat sous la présidence du Chef du gouvernement, M. Saad Eddine El Otmani, M. Doukkali a souligné que ce projet de plan a été élaboré dans un cadre de concertation avec les acteurs au sein de l’écosystème de la santé publique, lequel est suivi d’une opération de concertation plus large avec l’ensemble des acteurs, a précisé M. El Khalfi dans un communiqué lu lors du point de presse tenu à l’issue du Conseil de gouvernement.

Ce plan repose sur une vision unique basée sur six valeurs et trois piliers ventilés sur 25 axes et 125 mesures, a relevé M. Doukkali, ajoutant que cette vision prône les valeurs de la continuité, la proximité, la reddition des comptes, la solidarité, l’égalité, l’efficience et la qualité des services.

Le premier pilier porte sur l’organisation et le développement de l’offre des soins dans un but d’améliorer l’accès aux services de santé, à travers notamment l’organisation de l’offre sanitaire nationale et le développement du réseau national, le renforcement du réseau des établissements de soin de base ainsi que le développement de la santé mobile dans le milieu rural, de la santé de proximité et de la médecine de famille.

Le deuxième pilier consiste en le renforcement de la santé nationale et les programmes de lutte contre les maladies à travers la consolidation des programmes de la mère et l’enfant en tant que priorité nationale, le renforcement de la santé des personnes à besoins spécifiques, la lutte contre les maladies contagieuses, la mise à jour du plan national de la santé psychique et mentale outre la promotion de la veille et la sécurité sanitaires.

S’agissant du 3ème pilier, il porte sur le développement de la gouvernance du secteur et la rationalisation de l’usage des ressources, en élargissant la couverture médicale de base, remédiant au déficit constaté au niveau des ressources humaines, améliorant les conditions de travail, en consolidant le cadre réglementaire et organisationnel du secteur de la santé.

Le plan permettra de relever les défis auxquels fait face le secteur conformément aux Hautes orientations royales, a souligné le ministre, rappelant à cet effet les pactes internationaux et le contexte marocain, ainsi que les objectifs annoncés dans le cadre du programme gouvernemental.

Le ministre a passé en revue l’essentiel des défis auxquels fait face le secteur ainsi que les opportunités à même de permettre au secteur de se développer notamment sur le plan de la carte sanitaire nationale, la gouvernance, la formation des ressources humaines, le rapprochement des services de santé des citoyens, la gestion des ressources matérielles ainsi que la valorisation du personnel de la santé.

Il a également mis en relief les principales avancées réalisées par le secteur avec à l’appui des chiffres et indices significatifs, notamment en matière de maitrise et prise en charge des maladies chroniques, l’augmentation du nombre de lits dans les hôpitaux et l’amélioration de l’accès aux services octroyés par les hôpitaux publics.

Selon le communiqué, les axes de cet exposé ont fait l’objet de discussions profondes, qui ont salué ses ambitions et appelé à garantir sa mise en œuvre.

Le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani qui présidait la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement a souligné que le projet du Plan de Santé à l’horizon 2025, qui s’inscrit dans un esprit de continuité, insufflera une nouvelle dynamique au secteur de la santé, à ses cadres ainsi qu’à l’ensemble des intervenants

Après avoir mis en relief l’amélioration des indices globaux de la santé au Maroc au cours de la dernière décennie, M. El Othmani a relevé que cette évolution demeure « insuffisante et que le gouvernement est déterminée à fournir des efforts en vue d’améliorer la qualité des services de santé, à travers une approche renouvelée dans laquelle les secteurs public et privé se complètent ».

>> A lire aussi: Le ministère de la santé souhaite élargir l’assurance maladie aux catégories non couvertes

Faisant constat du déficit que connait le secteur sur le plan des ressources humaines, des infrastructures, et des moyens et de la gouvernance, le Chef du gouvernement a souligné que le plan de Santé à l’horizon 2025 « permettra de proposer des solutions adéquates aux différentes lacunes dont pâtit le secteur de la santé ».