(Vidéo) Drâa-Tafilalet, terre de culture féconde où l’art façonne

Le théâtre dans la région de Drâa-Tafilalet est un don naturel, une expérience évolutive et une pratique mue par l’amour sincère que vouent les comédiens à cet art noble pour offrir au public un spectacle de qualité.

Les visiteurs qui viennent nombreux admirer cet espace oasien considèrent le territoire comme un gisement d’art où la musique du Malhoun et la danse d’Ahidous, pratiquée par les populations amazighes lors de la célébration des mariages, constituent une source d’inspiration pour les comédiens dans l’adaptation des scènes artistiques en pièces théâtrales.

L’histoire nous enseigne dans ce chapitre que Drâa-Tafilalet s’est toujours distinguée par sa culture féconde et plurielle, une réalité traduite fidèlement par cet adage populaire combien significatif « Frajtou Fi Klamou » (Spectacle en verbe).

Conscientes de cette richesse, des voix soucieuses de perpétuer ces traditions appellent avec force à valoriser la culture locale à travers la création d’espaces de théâtre en nombre suffisant, le but étant de faire profiter le grand public des spectacles de qualité et des moments de détente.

C’est justement pour cette raison que les acteurs concernés redoublent d’efforts en vue de promouvoir l’action théâtrale et faire de l’art un moyen d’éducation aux nobles valeurs de citoyenneté, de civisme et d’amour de la patrie.

Ces objectifs justifient aussi les initiatives prises en vue d’encourager la production artistique, créer une dynamique vertueuse et contribuer au développement social, économique et culturel au niveau du territoire.

La région met les bouchées doubles pour reconquérir sa vocation d’antan comme espace d’art grâce à une production théâtrale féconde œuvre d’acteurs talentueux à l’instar des troupes « Al Michâal du théâtre et du cinéma » à Erfoud et « Amanay » à Ouarzazate.

Les observateurs de la chose culturelle s’accordent à dire que le théâtre dans la région de Drâa-Tafilalet a enregistré ces dernières années une mutation qualitative à travers le passage d’une étape marquée par une simple adaptation d’œuvres artistiques à une période de maturité, de créativité et de production féconde.

Cette évolution, qui fait de la région un espace privilégié pour se réapproprier l’art théâtral, s’explique notamment par l’expérience acquise dans les années 70 en matière de production cinématographique spécialement à Erfoud.

En effet, cette ville a réussi à attirer dans le passé des réalisateurs de films de renommé mondiale et les associations locales se sont appropriées cette expérience cinématographique et l’ont savamment accommodée à la promotion de l’art théâtral, ce qui fait dire à nombre d’artistes que la culture constitue un vecteur de développement.

Dans la foulée de cette transition que connait le territoire, le ministère de la Culture a mis en œuvre une stratégie ambitieuse avec des projets concrets visant à renforcer le patrimoine immatériel à travers le soutien des artistes et la formation des comédiens en herbe.

Si la commune de Tazarine dans la province de Zagora figure parmi les localités où le secteur culturel a pris du galon comme en témoignent les préparatifs qui sont à pied d’œuvre pour l’organisation de la 2è édition du festival international du théâtre, Rissani rayonne par la qualité des projets réalisés comme c’est le cas dans la commune de Moulay Ali Chrif où un Centre culturel a été construit avec une salle de théâtre de 400 sièges.

Cet important projet vise entre autres à faire connaitre la culture nationale aux générations montantes et la rapprocher plus des jeunes, a confié à la MAP le directeur régional de la culture, LahsenEcharfy.

A Errachidia comme à Tinghir, le département de tutelle a également entamé avec d’autres partenaires la construction de plusieurs infrastructures culturelles avec des salles de théâtre dotées d’une capacité d’accueil de 300 sièges chacune.

Quoique le nombre des associations qui s’intéressent au théâtre dans la région ne dépasse pas 15 troupes, les professionnels ne cessent de se mobiliser pour donner un nouveau souffle à la pratique théâtrale et créer une dynamique de développement multiforme.

Sur un autre plan, en dépit du déficit accusé en termes d’espaces dédiés à la distraction comme les salles de cinéma, les résultats enregistrés jusqu’à présent pour la promotion de la culture sont globalement « positifs », c’est du moins ce qu’estime le metteur en scène Said Bédiar, un acteur très actif dans le domaine du théâtre au niveau de la région.

>> A lire aussi: Les plus belles photos des oasis Marocaines dont vous ne croirez pas l’existence !

L’engouement du public pour le théâtre figure parmi les indicateurs qui renseignent sur la réalité de l’art à Drâa-Tafilalet, une région où la passion du spectacle demeure une tradition qui se ressource continuellement du patrimoine culturel de la région.