Norvège: la Marocaine Sobh Chahboun décrypte les secrets d’autisme et communication

Jeune tangéroise au parcours universitaire brillant, Sobh Chahboun n’a pas tardé à se faire un nom dans le domaine de la recherche médicale en Norvège, concrètement à l’Université de Trondheim, dans le nord de ce pays scandinave.

Née en 1985, elle a réussi en peu de temps à s’affirmer en matière de recherche scientifique dans un pays qui encourage des chercheurs de son profil à donner le meilleur d’eux-mêmes, surtout dans les champs liés à la santé humaine, un domaine qui requiert d’être toujours à la quête des réponses à des problèmes de plus en plus compliqués.

Le début de la relation entre Sobh Chahboun et la recherche scientifique a été sa thèse de doctorat sur « Le langage métaphorique chez l’autiste », dans le cadre d’un partenariat entre l’Université des sciences et technologies de Trondheim et l’Université de Séville, en Espagne, inscrit dans un projet de l’Union européenne visant à encourager les chercheurs à approfondir leurs travaux dans les domaines de la santé mentale et psychologique et de l’autisme.

La jeune marocaine a obtenu, à cet effet, une bourse « Marie Curie » de l’UE qui lui a permis de s’installer en Norvège pour des études supérieures et des recherches sur l’autisme et la communication.

L’obtention de cette bourse, qui a placé Sobh Chahboun parmi la fine fleur européenne en matière de recherche scientifique, est le fruit d’un parcours universitaire et académique exceptionnel de plusieurs années.

>> A lire aussi: Des enfants marocains atteints de trisomie 21 remportent le prix d’honneur

Elle a ainsi obtenu en 2013 un master en neurosciences cognitives et comportementales de l’Université de Grenade (Espagne), qui s’ajoutera à un autre diplôme similaire de la même université en 2012 en psychologie de l’éducation.

La jeune chercheuse marocaine a combiné entre les études en psychologie et celles des comportements des autistes, une catégorie qui a besoin qu’on interagisse avec leurs aptitudes cognitives et sensorielles particulières, afin de comprendre leurs comportements psychologiques.

Ses études l’avaient conduit, auparavant, à une licence en matière d’enseignement des personnes à besoins spécifiques.

Installée en Norvège depuis quatre ans, Sobh Chahboun publie les résultats et les conclusions de ses recherches dans des revues scientifiques spécialisées dans les domaines de la psychologie et ses rapports avec le langage et les comportements exceptionnels des autistes.

Elle a, dans ce cadre, publié une étude comparative axée sur le langage visuel, les troubles de l’autisme et la relation de la lecture et de l’écriture avec les comportements stéréotypés des autistes.

Sobh Chahboun souligne que l’intérêt qu’elle accorde à l’autisme est motivé par la singularité de ce trouble neurologique par rapport à d’autres beaucoup plus fréquents.

« Il s’agit d’un trouble difficile à comprendre, surtout que les personnes atteintes d’autisme ne présentent pas de symptômes physiques particuliers », a-t-elle confié à la MAP.

Elle a mis en exergue l’importance des recherches qu’elle réalise, dans la mesure où elles contribuent à favoriser l’intégration sociale de l’autiste, ajoutant que le Maroc a besoin de promouvoir de telles initiatives afin d’apporter l’aide nécessaire à cette catégorie.

Sobh Chahboun s’est montrée disposée à faire profiter son pays, à travers des consultations, des conclusions de ses recherches saluées dans plusieurs pays à travers le monde, dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Espagne, les Pays Bas, l’Allemagne ou la Suède.

La scientifique marocaine se penche actuellement sur une étude portant sur la pédagogie de comportement avec l’autiste, destinée à préparer les formateurs et les enseignants et à les doter des outils nécessaires, sur les plans pédagogique et psychologique, pour faire face à des cas d’autisme, notamment en milieu scolaire.

%d blogueurs aiment cette page :