La journée mondiale des femmes, l’histoire d’une lutte sans relâche

Si les femmes peuvent se targuer de plusieurs qualités qui leur sont données par la nature et que la science ne cesse de prouver, elles sont néanmoins victimes de stéréotypes et clichés infondés qui les privent de jouir des mêmes droits que les hommes.

Ces stéréotypes et jugements iniques, que l’on trouve dans plusieurs civilisations et cultures et qui ont été consacrés par la culture populaire, la littérature, le cinéma ou la chanson, ont poussé les filles d’Eve à contester cette situation, voire même à se rebeller et à mener une lutte sans relâche pour recouvrer leurs droits d’égalité et de parité.

Ce n’est donc pas un hasard si une journée internationale de la femme est célébrée dans de nombreux pays du monde pour rendre hommage aux réalisations des femmes quelles que soient leurs origines, leurs ethnies, langues, cultures, leur niveau économique ou leur appartenance politique.

Cette journée, qui a émergé dans le cadre des mouvements sociaux du 20ème siècle en Amérique du Nord et en Europe, est une occasion d’évaluer les luttes et les réalisations passées et de préparer l’avenir des futures générations de femmes.

Depuis ses premières années, la Journée des femmes a pris une nouvelle dimension mondiale dans les pays développés comme dans les pays en développement. Le mouvement féministe en plein essor, qui avait été renforcé par quatre conférences mondiales sur les femmes organisées sous l’égide de l’ONU, a aidé à faire de la célébration de cette journée le point de ralliement des efforts coordonnés déployés pour exiger la réalisation des droits des femmes et leur participation au processus politique et économique.

Cette journée a eu un caractère national au début et a été célébrée, pour la première fois, le 28 février 1909 aux Etats unis, conformément à une déclaration du Parti socialiste américain et a continué à l’être durant trois ans.

Ce n’est qu’en 1910 à Copenhague que l’Internationale socialiste a instauré, lors d’une conférence regroupant plus de 100 femmes venant de 17 pays, une Journée des femmes à caractère international sans fixer une date, pour rendre hommage au mouvement en faveur des droits des femmes et pour obtenir le suffrage universel des femmes.

La Journée internationale des femmes a été célébrée, pour la première fois, le 19 mars 1911 en Allemagne, en Autriche, au Danemark et en Suisse, où plus d’un million de femmes et d’hommes ont assisté à des rassemblements pour demander le droit de voter et d’exercer une fonction publique et exiger le droit au travail, à la formation professionnelle, ainsi que l’arrêt des discriminations sur le lieu de travail.

En 1913, les femmes russes ont célébré, dans le cadre du mouvement pacifiste qui surgissait à la veille de la Première Guerre mondiale, leur première Journée internationale des femmes le dernier dimanche de février. Dans les autres pays d’Europe, le 8 mars ou à un ou deux jours de cette date, les femmes ont tenu des rassemblements soit pour protester contre la guerre, soit pour exprimer leur solidarité avec leurs sœurs.

Pour obtenir « du pain et de la paix » suite à la mort de deux millions de soldats russes pendant la guerre, les femmes russes ont de nouveau choisi, en 1917, le dernier dimanche de février pour observer la grève. Quatre jours plus tard, le tsar a été obligé d’abdiquer et le gouvernement provisoire a accordé le droit de vote aux femmes.

En 1975, l’Organisation des Nations Unies a commencé à célébrer la Journée internationale des femmes, le 8 mars. Le labeur et la lutte des femmes ont été couronnés par l’adoption de la déclaration et du programme d’action de Beijing par 189 gouvernements lors de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes en 1995.

Ces deux feuilles de route comprennent des engagements relatifs à 12 domaines critiques dans l’objectif de faire « progresser les objectifs d’égalité, de développement et de paix pour toutes les femmes dans le monde entier, dans l’intérêt de l’humanité tout entière ».

Les documents projettent un monde où chaque femme et chaque fille peut exercer ses libertés et ses choix et connaître et comprendre tous ses droits, notamment le droit de vivre sans violence, le droit à l’éducation, le droit de participer à la prise de décision et le droit de recevoir un salaire égal pour un travail égal.

En 2014, la 58ème session de la Commission de la condition de la femme (CSW) s’est tenue sous le thème les résultats obtenus et les difficultés rencontrées dans la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) en faveur des femmes et des filles. Les institutions de l’ONU et des ONG accréditées du monde entier ont examiné les progrès accomplis et les défis qu’il faut relever en vue d’atteindre ces objectifs.

Cette année, la journée mondiale de la femme est célébrée sous le thème «L’heure est venue : les activistes rurales et urbaines transforment la vie des femmes».

La Journée internationale des femmes 2018 est l’occasion de transformer la dynamique mondiale pour l’égalité et la justice en action, de favoriser l’autonomisation des femmes dans tous les contextes – ruraux et urbains – et de célébrer les activistes qui travaillent sans relâche à revendiquer les droits des femmes et à réaliser leur plein potentiel.