La célébration de la Journée mondiale de la protection civile

La Journée mondiale de la protection civile, célébrée le 1er mars de chaque année, est une occasion de sensibiliser le public à la protection civile et à la gestion des urgences afin de mieux préparer la population à se protéger en cas d’urgence et à réduire les risques de catastrophes.

C’est dans ce sens que l’Organisation internationale de la protection civile (OIPC) a décidé de célébrer cette année la Journée mondiale de la protection civile le signe « La Protection Civile et les institutions nationales pour une gestion plus efficace des catastrophes » dans l’objectif de sensibiliser à la nécessité de mettre en place des dispositifs juridiques nationaux appropriés visant à limiter les risques des catastrophes, à préserver des vies et à réduire les pertes matérielles.

Dans son message adressé à la communauté internationale à cette occasion, Vladimir Kuvshinov, secrétaire général de l’OIPC, a souligné que l’expérience au niveau international a montré que la meilleure façon d’accroître l’efficacité de la gestion des catastrophes et des urgences est de créer un système national de gestion des catastrophes dans chaque pays pour coordonner les activités des autorités locales, régionales et nationales chargées de la réduction et de la prévention des risques ainsi que de la réhabilitation.

>>Lire aussi : 5 supporters du Raja Casablanca meurent calcinés dans une voiture

« Un système national moderne de gestion des catastrophes doit être capable d’accomplir de nombreuses tâches difficiles, notamment le développement de normes juridiques et réglementaires, la préparation du public, la prévision d’événements, l’évaluation de l’ampleur des situations d’urgence et des conséquences socio-économiques, la réduction des catastrophes et la réhabilitation, outre le développement de la coopération internationale dans le domaine de la protection de la population et des territoires », a-t-il dit.

M. Kuvshinov a, également, relevé qu’afin de réaliser ces tâches importantes et complexes, chaque pays devrait s’efforcer de créer un centre national de gestion des catastrophes afin de coordonner les activités des organismes gouvernementaux et des services nationaux et municipaux dans le cadre de son système national de gestion des catastrophes.

Il a, par ailleurs précisé, qu’aujourd’hui, avec le soutien de ses Etats membres, l’OIPC apporte une contribution importante à l’échelle mondiale à travers la création du Réseau mondiale des centres de gestion des catastrophes. Ce réseau, a-t-il poursuivi, facilitera l’échange d’informations sur l’évolution des risques de catastrophe et des situations d’urgence et la coordination des mesures prises en temps voulu pour les contrôler ou les éliminer. Le secrétaire général a, aussi, indiqué que les défis et les menaces croissants causés par le changement climatique continueront sans aucun doute à créer de sérieux obstacles à un développement social et économique stable tout au long du 21è siècle.

« Par conséquent, il est du devoir de tous les pays de prendre des mesures sérieuses pour renforcer leurs structures de protection/défense civile et pour renforcer les compétences de leur personnel spécialisé, ajoutant que le maintien d’un système national de gestion des catastrophes solide et efficace devrait être considéré comme une composante intégrale de la politique de sécurité nationale et un soutien précieux pour le développement durable aux niveaux national, régional et international », a-t-il plaidé.

Au Maroc, la Direction générale de la protection civile (DGPC) célèbre, à l’instar de la communauté internationale, cette Journée mondiale comme étant une occasion pour communiquer avec le grand public à travers l’organisation des journées portes ouvertes dans les Unités de la Protection Civile du Royaume ainsi que des expositions à l’extérieur des casernes dans certaines villes.

Des démonstrations et simulations d’interventions sont au programme, des ateliers où seront présentés la logistique et les moyens utilisés lors de situations d’urgence, seront installés. Au programme figurent également des manœuvres de secours, de sauvetage et d’extinction de feux ainsi que des sessions animées de sensibilisation aux risques pour les jeunes avec la distribution de prospectus d’information pour les initier aux mesures préventives à entreprendre en cas de menace.

La gestion des catastrophes naturelles ou anthropiques nécessite donc l’élaboration d’une stratégie nationale basée essentiellement sur la mobilisation des différentes institutions nationales concernées et qui doit être intégrée dans la planification de tout projet de développement socio-économique. Les événements catastrophiques nécessitent une prise en charge proactive et réactive cohérente au niveau national visant à optimiser l’efficience et l’efficacité de gestion de ces phénomènes, l’objectif étant de construire des populations résilientes.