Le secteur BTP marocain au salon BATIBOUW de Bruxelles pour prospecter les opportunités d’affaires sur le marché belge

Une quinzaine d’opérateurs du secteur BTP marocain ont pris part cette semaine à un voyage d’affaires pour prospecter les opportunités de partenariat avec leurs homologues belges dans le cadre du salon BATIBOUW de la Construction, la Rénovation et l’Aménagement intérieur pour professionnels et particuliers.

Ce voyage d’affaires, organisé par la Chambre de Commerce Belgo-Luxembourgeoise au Maroc, a pour mission principale d’ « encourager et d’impulser le business et le partenariat bilatéral du secteur privé et dynamiser les échanges commerciaux entre la Belgique et le Maroc et tirer un meilleur parti des opportunités offertes par le marché belge », affirme la directrice de la chambre, Nour Badraoui-Drissi.

« Batibouw est une formidable aventure professionnelle qui a permis à nos participants de passer trois jours riches de rencontres, de découvertes et d’échanges d’idées pour rénover dans le secteur du bâtiment, de la décoration et de la rénovation », a-t-elle ajouté.

Le Salon BATIBOUW, qui se tient jusqu’au 4 mars, est présenté comme l’évènement phare dans le secteur de la construction, de la rénovation et de la décoration en Belgique (finition extérieure et intérieure, isolation, gros-œuvres, éclairage, cuisines, chauffage – Climatisation – Energies, ameublement, sanitaire…)

Il réunit sur 140.000 m² d’espace d’exposition, 1.000 exposants présentant à large éventail de produits en provenance de 35 pays, selon les organisateurs qui tablent sur la présence de plus de 310.000 visiteurs dont 70.000 professionnels.

Depuis plus de 90 ans, la Chambre de Commerce Belgo-Luxembourgeoise au Maroc (CCBLM) fait de la promotion du développement des activités commerciales entre la Belgique, le Grand-duché de Luxembourg et le Maroc son cheval de bataille.

A lire aussi: Les Marocains troisième communauté étrangère vivant à Bruxelles

Elle encourage les échanges commerciaux entre les trois pays en favorisant les relations entre les opérateurs économiques et en créant un environnement des affaires propice pour ces derniers tout en leur fournissant un réseau d’affaires fiable.

La chambre relève néanmoins que malgré tous les efforts des différents organismes publics et privés marocains et belges, et les riches relations économiques, commerciales et culturelles qui existent entre les deux Royaumes, les échanges économiques et commerciaux restent en deçà du potentiel existant et des espérances des deux pays.

« En dépit d’une progression notable durant ces dix dernières années, le Maroc n’est que le 44ème client de la Belgique et son 60ème fournisseur », indique-t-on auprès de la CCBLM.

Mais une réelle volonté des deux parties est là pour booster davantage les échanges économiques bilatéraux. L’Agence wallonne à l’Exportation et aux investisseurs étrangers (AWEX) a identifié le Maroc comme marché cible en 2018, une initiative qui mettra à l’honneur tout au long de cette année la coopération économique maroco-belge, avec une série d’actions destinées à explorer les opportunités d’affaires dans le Royaume.

Le point d’orgue de cette programmation sera une mission économique de haut niveau conduite au Maroc avec la participation de plusieurs ministres fédéraux et régionaux et une centaine d’hommes d’affaires.

Les importations en provenance de Belgique se chiffrent en 2016 à 832,2 millions d’euros, progressant de 9,7%, tandis que les exportations marocaines ne représentent que 305 millions d’euros.

Selon l’Agence belge pour le commerce extérieur, la balance commerciale pour 2016 est de 527,2 M d’€ en faveur de la Belgique.

Les exportations belges demeurent principalement concentrées sur des métaux de base (22,6%), machines et équipements 20%) et produits chimiques (15,8%).

Quant aux exportations marocaines, elles demeurent principalement concentrées sur les produits chimiques (35,9%), les produits de textile (15,6%) et les produits agroalimentaires (10,5%).