13.000 cas de corruption ont été dénoncés l’année dernière

Depuis le lancement du numéro vert de lutte contre la corruption en 2015, le nombre de cas dénoncés est passé de 7.000 à 13.000, a déclaré le porte-parole du gouvernement Mustapha El Khalfi.

 

Le nombre des cas de corruption dénoncés est passé de 7.000 à 13.000 annuellement, et ce depuis le lancement en 2015 du numéro vert de lutte contre la corruption par le ministère de la Justice et des Libertés, a indiqué, jeudi à Rabat, le ministre délégué chargé des Relations avec le parlement et la Société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi.

Depuis le lancement de ce numéro vert, plusieurs personnes ont été condamnées à des peines de prison dans 31 affaires de corruption, a précisé M. El Khalfi qui répondait à une question sur les mesures prises par le gouvernement pour faire face à la corruption et aux malversations, lors d’un point de presse tenu à l’issue de la réunion hebdomadaire du Conseil de gouvernement.

En plus, a-t-il ajouté, le gouvernement a pris d’autres mesures consistant plus particulièrement en la protection des personnes qui dénoncent des cas de corruption, outre des dispositions juridiques pour mettre en place un système efficace de transparence, notant que les résultats de ces mesures sont « palpables » d’autant plus que le Maroc a amélioré de neuf places son classement mondial dans l’Indice de perception de la corruption (IPC) en 2017 de Transparency, par rapport à l’année précédente.

Selon M. El Khalfi, la lutte contre la corruption figure parmi les grandes priorités du gouvernement qui a procédé, a-t-il expliqué, à la création du Comité national de lutte contre la corruption et à la mise en place de la Stratégie nationale de lutte contre ce fléau en partenariat avec des acteurs de la société civile.

À lire aussi:
La corruption en Afrique